ECONOMIE ET BUSINESS  |    

RCA: La Sega dans l’œil du cyclone

Par source: leconfident.net - 12/04/2012

Les abattages clandestins ont asséché la SEGA, qui par jour ne peut recevoir que cinq bœufs; or il en faut beaucoup plus pour nourrir toute la ville de Bangui

 

gouvernement avait décidé de transférer le marché à bétail (qui commençait à avoir une sinistre réputation) à Boboui au PK 45 sur la route de Boali. Ainsi les bœufs achetés par les bouchers devaient être convoyés par bétaillères jusqu’à la Société d’Etat de Gestion des Abattoirs (SEGA) pour y être abattus dans les normes hygiéniques. Cette situation allait donner du souffle à l’abattoir frigorifique de Bangui dont les installations acquises à l’époque à grands coups de millions se meurent. L’abattoir de Ngola, plus proche du marché à bétail du PK 13, mais dont les installations très sommaires, ne répondait pas aux conditions d’hygiène.

 


© cap
le bétail près pour l'abattoire
Les abattoirs clandestins fleurissent
La délocalisation du marché à bétail du PK 13 et la fermeture de l’Abattoir de Ngola n’ont pas du tout plu à ceux qui y trouvaient leurs comptes. Dans un premier temps, il a été difficile au gouvernement de faire entendre raison aux commerçants à bétail du PK 13. Malgré les raisons de sécurité invoquées par le gouvernement, il n’arrivait pas à leur fin. Finalement, le marché à bétail officiel a été délocalisé. Mais certains commerçants clandestins trouvaient qu’il était fastidieux de convoyer les bœufs jusqu’à Boboui. Cette situation qui ne respecte pas la légalité a fait l’affaire de certains bouchers, qui les ont suivis sur la route de Damara. Des abattoirs clandestins ont été ainsi installés en pleine brousse sur la route de Damara, et les carcasses de bœufs abattus sont convoyés de manière rudimentaire sur les marchés de la place. Ces abattages clandestins ont ainsi asséché la SEGA, qui par jour ne peut recevoir que cinq (5) bœufs; or il en faut beaucoup plus pour nourrir toute la ville de Bangui.

 


© cap
La bétaillère
La loi foulée aux pieds
Les autorités de la SEGA se plaignent et la population banguissoise également. Pour la ménagère, la viande de bœuf a connu une ascendance fulgurante de prix et la viande est rare sur les marchés. La SEGA, qui espérait avec les nouvelles mesures fonctionner à plein régime, broie du noir, car malgré la fermeture de l’abattoir de Ngola, son sort ne s’est guère amélioré. Le ministre délégué en charge de l’Elevage était monté il y a quelques temps au créneau pour demander aux agents de la force publique de combattre et de fermer ces abattoirs clandestins sur la route de Damara. Malheureusement, la situation perdure et elle va de mal en pis. La situation a atteint des proportions tellement inquiétantes que les autorités de la SEGA sont obligées de tirer la sonnette d’alarme. Elles ont aussi lancé un appel aux agents de la force publique pour la fermeture des abattoirs clandestins sur la route de Damara. Cette fermeture pourra, non seulement enrayer le réseau clandestin de vente de bœufs, mais aussi soulager la SEGA dans la catastrophe qu’elle vit en ce moment pour que force reste à la loi
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués