DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

La crise Ntsimi secoue la Cemac

Par Bobo Ousmanou, Intégration - 11/04/2012

Sous de beaux discours officiels, la bataille semble définitivement lancée pour évincer le Camerounais à la tête de la commission de la CEMAC

 

C’est une commission de la CEMAC dans une profonde crise de dirigeant qui s’apprête à organiser probablement pour le mois de mai ou juin 2012, le sommet des chefs d’Etats de la communauté. Sans aucun doute, la question Antoine Ntsimi risque fort d’alimenter les débats. Le 21 mars 2012, le camerounais président camerounais de la Commission de la CEMAC, est interdit sans explication, d’entrer en Centrafrique, alors qu’il vient d’atterrir à l'aéroport de Bangui. Un officier de police l’y attendait, apprend-on, avec des menottes. Cinq jours plus tard, le 26, le ministère des Affaires étrangères centrafricain publie un communiqué. «Afin de préserver les bons rapports entre l'Etat de siège (Centrafrique) et la Commission de la CEMAC et d'assurer le maintien des relations fraternelles et cordiales entre la République Centrafricaine et les autres Etats membres de la Communauté, M. Antoine Ntsimi (...) est déclaré persona non grata en République Centrafricaine», peut-on y lire. Quelques jours après le refoulement du haut fonctionnaire camerounais, la diplomatie gabonaise s'en mêle: «le ministère des Affaires étrangères tient à marquer son étonnement devant cette situation et invite les parties à la sérénité indispensable au bon fonctionnement de notre institution commune».

 


© Integration
Le numéro en kiosque
Une affaire Camerouno-centrafricaine?
Au Cameroun, le pays de M. Ntsimi, on prend l'affaire au sérieux. Le ministre des Relations extérieures, Pierre Moukoko Mbonjo, saisi le président congolais Denis Sassou Nguesso, président en exercice de la CEMAC. Ce dernier envoie un émissaire. Pierre Moussa, le ministre congolais en charge de l’intégration, fait une déclaration surprenante. «Il s’agit là d’un malentendu regrettable. Le Président Antoine NTSIMI regagnera bientôt son poste au niveau du siège de la CEMAC à Bangui, sans problème, où Il sera chargé de préparer la Conférence annoncée des Chefs d’Etat», fera-t-il savoir. Pourtant quelques jours plus tard, le président Biya reçoit un autre émissaire, cette fois en provenance de la république centrafricaine. Ce dernier gardera le silence sur son entretien avec le chef d’Etat camerounais. Mais à la question de savoir si monsieur Ntsimi était enfin retourné à Bangui, il ne répondra pas. En Centrafrique comme au Cameroun, les opinions publiques se sont lâchées, en faveur ou contre monsieur Ntsimi, mais parfois sans connaitre vraiment les dessous de l’affaire. Heureusement on ne déplore pas encore des dérives sur les membres des communautés de chaque côté de la frontière. «Nous n’avons pas de problèmes avec les camerounais, d’ailleurs nous les aimons bien. Mais de ce que nous savons de monsieur Ntsimi et sa manière de gérer la commission de la CEMAC à Bangui, c’est simplement dommage», affirme un haut responsable centrafricain sous le couvert de l’anonymat.

L’application de la rotation exigée
A la lecture des faits cependant, il apparait que la compétence de monsieur Ntsimi n’est qu’un alibi. En poste depuis cinq ans pour un mandat qui s'achève cette année 2012, Antoine Ntsimi n'était manifestement pas apprécié par le président centrafricain François Bozizé. Ce dernier avait déjà réclamé sa tête lors du sommet de l'organisation en 2010. Il voulait toujours son départ en janvier dernier lorsque la CEMAC devait tenir un sommet à Brazzaville; mais ce sommet avait finalement été reporté. «Nous accusons le président de la Commission de ne pas respecter les textes, de faire traîner les choses», a affirmé dernièrement M. Bozizé sur Vox Africa.

 


© antoinentsimi.com
Le candidat à sa propre succession
Dans les coulisses, on apprend que la République centrafricaine veut désormais prendre le poste à la tête de la commission CEMAC. Deux noms circulent déjà. D'abord celui de l'ancien Premier ministre de François Bozizé, Elie Doté, ensuite Enoch Dérant-Lekoué, l'ex-directeur national pour la Centrafrique de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC). Un haut fonctionnaire de ce pays sous le couvert de l’anonymat, fait pourtant savoir que la préoccupation de la Centrafrique sur le sujet n’est pas le poste de la présidence de la CEMAC, mais que le principe de rotation puisse aussi s’appliquer à la commission de la CEMAC. Une position qui visiblement va dans le sens contraire des objectifs de monsieur Ntsimi. Sur le site internet de l’institution (www.cemac.int), on peut remarquer une page spéciale, au relent de campagne politique. On y décrit le responsable de cette institution comme étant un «technocrate exemplaire à de grandes ambitions pour l’économie africaine et l’émergence de l’Afrique centrale ». Derrière le « regrettable malentendu», se cache donc un gros combat politique, avec à la clé, l’avenir de la conduite des affaires d’intégration dans la sous-région Afrique centrale.

La bataille se transporte dans les médias
Pour jeter un peu plus de pavés dans cette mare, le magazine panafricain jeune Afrique a publié un dossier sur la gestion de monsieur Ntisimi. Il présente des chiffres, des missions et la compare à la santé de l’institution sous régionale, dont la gestion financière opérée au niveau de sa présidence est qualifiée de «troublante». Et l’hebdomadaire de mettre en exergue une série de documents bancaires de l’année 2011 et les premiers mois de 2012. Ils indiquent des retraits «hors normes» en espèces d’un compte ouvert par la Cemac auprès de la Beac à Yaoundé. La question naïve aujourd’hui est de savoir pour qui roule Jeune Afrique?
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués