SOCIéTé  |    

Centrafrique: La politique sous régionale de gestion des ressources en eau

Par Fleury Koursany - 04/04/2012

L’atelier régional de validation des études relatives à la mise en œuvre de la politique de gestion des ressources en eau en Afrique Centrale se tient jusqu’au 6 avril 2012

 

Il s’est ouvert le mardi, 3 avril 2012 à l’Hôtel Azimut sur le thème: «L’Afrique Centrale s’engage à mieux gérer ses ressources en eau». L’objectif de cet atelier sous régional, déclare le ministre centrafricain de l’Energie et de l’Hydraulique, c’est d’examiner et valider les rapports provisoires des études institutionnelles portant sur la création et la mise en place du Centre régional de coordination de la gestion des ressources en eau et de procéder à l’étude de faisabilité du système d’information sur l’eau. Le ministre a par ailleurs mentionné que la politique régionale de l’eau a été adoptée par les ministres en charge de l’eau le 30 mars 2009 à Brazzaville puis, entérinée par la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC au cours de sa 14ème session ordinaire tenue le 24 octobre 2009 à Kinshasa.

 


Gerer l'eau en Afrique centrale
L’atelier de Bangui constitue une étape importante dans le processus de mise en œuvre de la politique régionale de l’eau de l’Afrique centrale, a ajouté Léopold Mboli-Fatrane, ministre centrafricain en charge de l’Energie et de l’Hydraulique. A cet effet, les participants ont donc été invités à un examen minutieux du contenu des rapports à soumettre pour validation aux ministres en charge de l’eau de notre sous-région. Pour Monsieur Jean Paul Libebelé, Coordonnateur du projet soumis à validation des différents experts, notre sous-région connaît de nombreux problèmes qui entravent non seulement la bonne gestion mais aussi la valorisation d’abondantes ressources en eau dont regorge l’espace Afrique centrale. Ne disposant pas de cadre cohérent de gestion intégrée de ressources en eau ni d’un système d’information ou de communication y afférente, la sous-région Afrique centrale n’est pas en mesure de connaître la situation réelle du secteur de l’eau afin d’en assurer le suivi-évaluation.

M. Jean Paul Libebelé a par ailleurs noté que les esquisses de solutions aux problèmes de l’eau dans la sous-région sont proposées dans le document soumis à validation car la vision sous-régionale en la matière à l’horizon 2025 est que notre espace soit «stable, prospère, solidaire, économique et politiquement unie».

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués