DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: déjà un an de prestation de serment et…

Par Fleury Koursany - 15/03/2012

Le 15 mars 2011, le Chef de l’Etat centrafricain, François Bozizé Yangouvonda, réélu à l’issue du 1er tour des élections présidentielle et législatives, prêtait solennellement serment

 

L’évènement avait eu lieu au Complexe sportif Barthélemy Boganda devant des hautes personnalités venues d’horizon divers au rang desquels, quelques Chefs d’Etat de la CEMAC (Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale) notamment Idriss Deby Itno du Tchad, Ali Bongo du Gabon et Obiang Nguema Mbasogo de la Guinée Equatoriale. Dans son discours d’usage, le Chef de l’Etat centrafricain dont la réélection a été contestée par l’Opposition centrafricaine réunie au sein du FARE (Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections), avait solennellement juré, la main sur le cœur en prononçant le serment ci: je jure devant Dieu et devant la nation d’observer scrupuleusement la Constitution, de garantir l’indépendance et la pérennité de la République, de sauvegarder l’intégrité du territoire national, de préserver la paix, de consolider l’unité nationale, d’assurer le bien-être du peuple centrafricain, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge sans aucune considération d’ordre ethnique, régionale ou confessionnelle, de ne jamais exercer les pouvoirs qui me sont dévolus par la constitution à des fins personnelles, de n’être guidé en tout que par l’intérêt national et la dignité du peuple centrafricain.

 


© journaldebangui.com
Le président Bozizé lors de son investiture à Bangui
Il avait par ailleurs pris l’engagement de mettre fin à la récréation qui n’a que trop duré. La récréation est terminée. Elle est définitivement terminée puisqu’il n’y aura pas de place pour les agitateurs et fossoyeurs de la République, les corrupteurs et corrompus et les paresseux. Il est temps de taire nos querelles intestines, les contestations fallacieuses pour construire le Centrafrique car le peuple n’a que trop souffert de nos errements politiques. Ensemble, agissons pour bâtir notre pays au lieu de se réfugier derrière les calculs politiciens, et ce, dans l’unité, la dignité et le travail car seul le travail libère l’homme. La déclaration vaut tout son pesant d’or sauf qu’un an après la prestation de serment du Chef de l’Etat centrafricain, qu’est-ce qui a changé? La question vaut tout aussi la chandelle et on ne peut contester ni soutenir que des débuts de progrès aient été réalisés bien que des gros efforts ont été faits. Cependant, et au-delà de tout ce qui pourrait paraître de positif pour les uns et de négatif pour les autres, quelques faits méritent réflexion.

Enquêtes ouvertes, jamais closes
Naturellement, l’an an du second quinquennat du Chef de l’Etat a vu la mise en œuvre d’un certain nombre de réformes notamment au ministère des Finances avec l’arrivée à la tête de ce Département, du ministre d’Etat Sylvain Ndoutingaï. Les états généraux des finances publiques centrafricaines, ayant diagnostiqué le secteur, des réformes ont été entreprises avec comme mesure principale, le principe de l’unicité des caisses. Ce qui fait grincer les dents certes, mais permet à l’Etat d’avancer sur un certain nombre de domaines. Cependant et parallèlement à la mise en œuvre de ses réformes, une chasse aux sorcières a été diligentée par les autorités compétentes mais toujours est-il que les résultats restent mitigés. A ce titre, posons-nous seulement la question de savoir ce qu’est devenu le résultat de l’audit du secteur des télécoms, initié par le ministre d’Etat Abdou Karim Meckassoua. Comme d’habitude, ils sont logés quelque part dans les tiroirs de son ministère puisqu’on en parle plus. Etant donné que certains gros bonnets du régime ont eux aussi «mangé» dans cette affaire de télécoms. Ensuite, il y a l’arrestation quelque peu rocambolesque de deux ministres centrafricains dont un encore en fonction sous prétexte de détournements des fonds d’une société nationale de transports. Ils ont crée une société fictive qui a quand même fonctionné plus de deux ans sans qu’on s’en rende vraiment compte. C’est terrible n’est-ce pas? Encore là, une enquête a été ouverte mais sera-t-elle close? C’est l’autre question qui demeure en suspens.

Quid de l’avenir?
Il est tout aussi «prometteur» affirme le président centrafricain François Bozizé qui le justifie par l’entrée en activité prochaine de la cimenterie de Nzila, le projet aurifère de Ndassima et peut-être aussi la reprise des négociations avec les principales institutions de Brettons Wood. Cependant, l’équation sécuritaire n’étant pas résolue, peut-on envisager un réel développement si les bruits de bottes se font de plus pressants dans certaines parties du pays et pourrait-on dire aux portes de la Capitale centrafricaine? Les plus pessimistes vous diront que l’avenir est encore incertain et les plus optimistes, optimiseront à volonté car il faut tout de même garder espoir que ça va changer, s’est contenté de le dire, Davy Kpenouwen, Directeur de Publication de l’Hebdomadaire Le Pays. Qu’à ce la ne tienne, il faudrait absolument que la lutte contre la corruption, engagée par le gouvernement puisse véritablement produire ses effets pour dissuader un tant soi peu, les autres qui tenteront de s’y aventurer. Que le népotisme, le clanisme et la gestion familiale tout aussi opaque de la chose publique soient aussi combattus par ceux-là mêmes au pouvoir qui l’ont institutionnalisé. Ce faisant, ils contribueront à remettre le pays sur les rails du développement.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués