INTERVIEW  |    

Mme Habi Touré, invitée de la SEMCA à Toulouse

Par Yvan B. / www.banguiweb.com - 15/03/2012

La jeune actrice et productrice centrafricaine y projettera son court métrage «Aimé malgré lui» du 9 au 14 avril 2012

 

Mme Habi Touré, pouvez-vous nous parler de votre parcours
J’ai démarré tard par rapport à ce qui se fait habituellement. D’abord en tant que model pour photographe, puis très rapidement avec des rôles de figuration pour des courts-métrage amateurs. Dans la foulée, je me suis formée au jeu d’acteur dans une école de cinéma à Versailles. La difficulté de se frayer un chemin et de signer pour des projets grand public m’a progressivement poussé vers l’écriture de scénarios. Ce qui m’a permis de faire de nouvelles rencontres et d’approcher des équipes de réalisation et de production. Tout en courant les castings et les podiums de moins en moins amateurs, je découvrais l’envers et le pourtour de l’objectif d’une caméra jusqu’à monter le projet «Aimer Malgré Lui»

 


© habitoure.com
Mme Habi Touré productrice de film
Qu’est ce qui vous a motivé à faire du cinéma?
J’ai toujours été impressionnée et fascinée par la capacité des acteurs à se mettre en scène et à jouer toute sorte d’émotions captivantes. J’admire cette faculté à interpréter des personnages de tout bord et à se confondre avec ces combattants et héros tantôt de l’histoire, de notre imaginaire ou du quotidien de la vie. Ça nous oblige à nous tourner vers ce qui nous est différent, une sorte d’ouverture d’esprit qui pousse à un dépassement de soi. De plus le cinéma a ce don de me propulser dans un univers où tout paraît possible et réalisable, tant dans le meilleur que dans le pire. L’idée même de mettre en image son rêve, de le palper de cette façon et de pouvoir le regarder sur n’importe quel angle est très excitant. Et en plus on peut rembobiner.

Pouvez-vous nous décrire brièvement en quoi consiste le travail d’une productrice?
Pour ma part, il s’agit de trouver les financements pour mener à bien un projet, depuis l’idée de départ jusqu’à sa réalisation, puis à sa diffusion et enfin à sa médiatisation, ou inversement. Il peut s’agir d’un apport personnel comme des démarchages auprès des sponsors et diffuseurs potentiels. Ça demande de nouer beaucoup de contacts et d’être particulièrement convaincante.

Vous êtes aussi actrice et avez joué dans de nombreux autres films et également dans la série «Aimé malgré lui» dont vous êtes également la productrice, et si tu nous racontiez le scénario…
L’idée de départ était de parler simplement d’Amour. «Aimé Malgré Lui» aborde l’aspect d’un amour impossible qui subsiste et qui survie malgré une réalité qui a tout de l’embarras. Face à leurs passés communs et respectifs, les deux héros que sont Lindsay et Jacques vont devoir opposer leur amour, naïvement convaincus que rien ne peut en triompher, jusqu’à ce que la réalité les rappelle à l’ordre. Le fait de vêtir à la fois le costume d’actrice et le tailleur de productrice pour le même projet m’a rendu d’autant plus responsable et regardante sur l’emballage et le contenu du produit. Mais je n’étais heureusement pas seule. De petites mains et d’autres un peu plus grandes m’ont aidées aux furs et à mesure en m’apportant du soutien sous toutes les formes. L’autre enjeu pour moi, c’était de ne pas confondre et mélanger les deux rôles afin que chaque acteur du projet s’y retrouve. J’espère avoir su garder à chaque fois la bonne mesure.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontré en réalisant ce film?
Des difficultés d’ordre climatiques ainsi que de trouver des partenaires sur place, à Bangui.

 


© habitoure.com
L'actrice, Habi Toure
Il est tourné en français, pourquoi pas en Sango?
Le tournage a lieu en français pour viser un plus large public national comme international. De plus, la majeur partie des protagonistes, équipe de main d’œuvre comprise, ne parlent que français. Le Sango m’intéresserait pour un projet plus intimiste.

Pouvez-vous nous raconter la projection de vos films au niveau de la France et de la Centrafrique votre pays d’origine?
Pour ce qui est d’«Aimé Malgré Lui», il n’y a eu pour le moment que quelques projections dans des salles de réception privées à Paris comme à Bangui. Pour les autres apparitions, les diffusions ont essentiellement eu lieu dans des salons de films courts.

A votre avis, quel est l’avenir du cinéma centrafricain?
Concernant le cinéma centrafricain, je considère que son avenir appartient avant tout aux Centrafricains et dépend de la place que celui-ci lui laissera occuper. Je pense aussi que ce domaine ne jouit pas d’une médiatisation suffisante y compris sur le plan national. C’est aux personnes qui y voient un intérêt quelconque de se mobiliser, d’ouvrir des portes, voire de lever suffisamment de verrous pour libérer la création.

Y’a-t-il des structures qui te soutiennent au niveau national et international?
Pour ce qui est du niveau national, je peux aisément citer le ministère de la Culture et la Présidence de la République dont le regard a su nous rassurer sur l’idée de voir le cinéma centrafricain émerger. D’ailleurs ces échanges ont rajoutés du dynamisme dans la motivation du groupe. Pour le reste, nous aimerions que des entreprises nous rejoignent et nous apportent leurs soutiens. En tout cas nous démarchons dans ce sens et nous n’en sommes qu’au début, le tournage vient à peine de se terminer.

Quels sont vos projets pour le futur?
Actuellement en pleine création d’une chaine de télévision internationale. Autrement, nous nous penchons déjà pour la deuxième saison d’ «Aimé Malgré Lui».

Vous êtes invitée à la Semaine Centrafricaine qui se déroule du 9 au 14 Avril 2012 à Toulouse, lors de cette grande manifestation culturelle, votre film «Aimé malgré lui» y sera projeté» que ressentez-vous?
Beaucoup de fierté. C’est un immense honneur d’être invité à une telle manifestation. Je suis impatiente d’y être.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Lundi 9 avril 2012 de 15 h à 17h, Projection du Film «Aimé Malgré Lui» et entretien avec la jeune actrice et réalisatrice HABI TOURE
  • Centre culturel Alban Minville
  • 67, allée de Bellefontaine 31100 Toulouse
  • Accès: Métro Bellefontaine (Ligne A)
  • Infos: 06 21 33 39 99 – 06 23 23 71 84 contact.fraterniteboganda@gmail.com

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués