INTERVIEW  |    

Basketball: Jean de Dieu Mageot présente un programme d’action

Par Pacôme Pabandji - 11/03/2012

Il serait le candidat favori à la présidence de la Fédération centrafricaine de Basketball dont les élections se déroulent ce dimanche 11 mars à Bangui

 

L’ancien Fauve Jean de Dieu Mageot a annoncé sa candidature au poste de la présidence de la fédération centrafricaine de Basketball. Une candidature qui a été retenue. Sa mission, rehausser le niveau du basket national et redorer le blason des Fauves comme durant les années de gloire de la République centrafricaine. Il tentera d’éviter la descente aux enfers qui semble s’annoncer pour l’équipe fanion. Il présente ses motivations, son programme d’action, ses perspectives…

M. Jean De Dieu Mageot, qu’est-ce qui vous motive à vous présenter comme candidat à la présidence de la fédération nationale de Basketball?
Je dirai que la motivation je l’ai toujours eue, parce que j’ai coutume de dire que c’est une suite logique à ma brillante carrière. Poser ma candidature maintenant est la suite du constat, du niveau actuel, accompagnée de la descente sans cesse aux enfers de notre sport roi et je ne peux rester sans réaction. C’est pour cela que j’ai pris mon courage pour me porter candidat.

Quelles sont vos ambitions?
Mes ambitions sont de permettre dans l’ensemble au basketball de redorer son blason, que le basket centrafricain reprenne sa place d’antan.

 


© journaldebangui.com
Jean de Dieu Mageot: que le basket centrafricain reprenne sa place d’antan
Un bilan du bureau sortant de la fédération?
Je crois que les états généraux que je vais organiser vont le faire. Je n’ai pas à commenter son bilan parce que pour moi il n’est plus là. Moi je me focalise sur mon programme d’action et les états généraux se chargeront de faire le bilan de l’ancien président. Mais il n’y a pas que lui, le constat vient de tous les présidents qui se sont succédés; je veux dire pour un réel développement il faut aller voir ses anciens présidents pour voir ce qu’ils peuvent nous donner pour pouvoir avancer et amorcer justement ce grand chantier.

Une idée sur votre programme d’action?
Mon programme d’action est axé à 80% sur la formation des jeunes joueurs, sur la redynamisation du championnat national. C’est un travail de concertation avec la ligue de Bangui avec laquelle j’entretiens d’excellentes relations, sans oublier aussi une campagne de recrutement de supporters parce que le basketteur a besoin d’un public pour se transcender. Depuis quelques années, le Centre Martin Ngoko est vide et pourtant il y a parfois de belles affiches et c’est inadmissible. Donc, le chantier est vaste, il faut juste que le nouveau bureau que je ne maîtrise pas, ou du moins moi-même, j’espère que je passerai parce qu’en toute logique c’est l’issue qu’aura ce scruti; je ne sais pas qui m’accompagnera dans cette mission que j’appréhende déjà parce que j’ai un programme hyper ambitieux.

Vous avez une idée de vos concurrents pour la présidence?
Aucune! mais je ne me focalise pas sur les autres candidats. Je me concentre sur mon plan d’action qui se résume en dix points. Je commence à appréhender comment dérouler ce programme donc je ne sais pas qui est candidat

Pensez-vous que vous avez rempli les critères du poste de la présidence pour être retenu?
Oui je l’ai rempli. Moi je ne suis pas nouveau dans le basket qui est ma famille de toute façon. J’ai été supporter, joueur, entraîneur, Directeur technique national et aujourd’hui président d’un club et ancien fauve. Moi je pense qu’après lecture des statuts, je réponds totalement aux critères de sélection. Je ne me fais pas de souci par rapport à cela.

 


© journaldebangui.com
L’ancien Fauve Jean de Dieu Mageot, lors de l'annonce de sa candidature
Sur qui comptez-vous pour mettre en œuvre votre plan d’action?
Je n’ai pas de visibilité sur un quelconque financement. Moi j’ai l’habitude de me débrouiller seul. Il faudra créer les conditions pour avoir son financement parce que le basket est un outil tel qu’il suffit d’un peu d’organisation pour se suffire à nous-mêmes et soulager justement les financements publics. Mais je ne dis pas ça pour dire que je n’ai pas besoin de financement public, non! Pour un réel développement il faudrait qu’il y ait un réel accompagnement de l’Etat parce que gérer une fédération de cette taille n’est pas chose facile surtout qu’elle a une connotation nationale donc c’est d’intérêt national. J’ai des idées et je réponds déjà à certains besoins matériels. Très vite, je vais faire des dotations en matériels parce qu’il n’y a pas que l’argent. Avec mon passé, j’ai pu nouer des contacts qui vont me permettre de répondre à ces besoins matériels. La suite viendra avec la redynamisation du championnat local de concert avec la ligue.

En 2013 vous avez l’Afro Basket 2013…
C’est vrai qu’il faut repenser la base mais tout de suite, il faut se rendre à l’évidence qu’il y a des évidences qui arrivent de la zone 4, c’est la vitrine de notre basket. N’étant pas encore élu je ne peux pas aborder ces questions mais j’avoue que j’ai pris contact avec FIBA Afrique parce que, ce n’est pas hier que je me suis intéressé au Basket donc le calendrier de ces compétitions je reçois toutes les semaines des infos sur le site de FIBA Afrique. Très rapidement on va essayer de gérer ces aspects là.

Un dernier mot…
A l’endroit des anciens Fauves, des anciens basketteurs, des anciens passionnés… qui ont justement quitté le navire, à ceux-là je leur lance un appel de revenir et investir dans leur club respectif. La fédération, si je passe et que j’arrive à mettre en place mon programme, sera là pour épauler ces clubs à développer notre basket. Il faut qu’il y ait un retour massif des anciens basketteurs et passionnés parce qu’un bon dirigeant ne fait par forcément un bon joueur qui ne fait également forcément un bon dirigeant. Il y a de bons dirigeants qui n’ont pas été des basketteurs donc, je lance un appel à ces gens là. Je lance aussi un appel aux entreprises de la place les téléphonistes, la brasserie, pour ne citer que ceux là, qu’ils soutiennent un peu le sport parce que sans cette source de financement on ne peut rien faire. La jeunesse ne peut pas être abandonnée comme ça. J’espère que cet appel sera entendu mais, je pense que je ferai tout pour qu’on aille dans ce sens.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués