ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Un poste pour la RCA au Conseil d’administration de l’ITIE Internationale

Par Alain-Patrick Mamadou & Emmanuel Pabandji, ACAP - 27/02/2012

Elle dispose désormais d’un véto vis-à-vis des Etats qui ne remplissent pas les exigences en termes de principes et de critères

 

Le Secrétaire Technique de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives en République Centrafricaine (ITIE-RCA), M. Robert Moïdokana, a déclaré qu’il est désormais appelé à siéger aux côtés de ses pairs au nom de la République Centrafricaine au conseil d’administration de l’ITIE pour prendre des décisions visant à renforcer la gouvernance et à améliorer la transparence et la responsabilisation dans le secteur des industries extractives dans le monde pour un mandat de deux ans renouvelables. Le Conseil d’administration de l’ITIE International des Etats francophones est le principal organe de décision dont les missions visent la définition des grandes orientations politiques de l’initiative au plan mondial, ainsi que les normes minimales à l’intention des gouvernements et des compagnies qui adhèrent à l’initiative; enfin, de supervision du processus de validation.

 


La RCA fait partie du Conseil d'administration maintenant
M. Robert Moïdokana a fait savoir que c’est à l’issue de la 19ème réunion du Conseil d’administration de l’ITIE Internationale, tenue à Londres en Grande Bretagne, du 14 au 15 février 2012, qu’il a été, au nom de la République Centrafricaine, élu membre cette instance. La République Centrafricaine a obéi à toutes les exigences dans le domaine de l’ITIE. Ce qui lui a valu progressivement d’être pays candidat, puis pays conforme avant d’accéder au conseil d’administration de cette institution au plan international. Outre l’Allemagne, la Norvège, les Etats-Unis d’Amérique, la France, la Russie et la Chine, qui sont membres d’honneur du conseil d’administration de l’ITIE, M. Robert Moïdokana siègera au sein de cette instance avec ses pairs de la Grande Bretagne, du Niger, de la Mauritanie, du Nigeria, de l’Albanie, du Timor Lès, etc.

Insistant sur son rôle au conseil d’administration de l’initiative au plan mondial, M. Moïdokana pense que la République Centrafricaine dispose désormais d’un véto vis-à-vis des Etats qui ne remplissent pas les exigences en termes de principes et de critères, de sorte à garantir la gouvernance mondiale dans les secteurs extractifs. Pour conclure, le Secrétaire Technique de l’ITIE-RCA considère que le nouveau statut de la République Centrafricaine fait tourner la traditionnelle page de mise en cause à tort sur la gestion transparente des ressources extractives.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués