SOCIéTé  |    

Centrafrique: Un enfant noyé dans le canal Ngoubagara

Par Pacôme Pabandji - 24/02/2012

La pluie diluvienne de l’après midi du jeudi 23 février 2012 a fait une victime

 

Un enfant âgé de 8 ans du nom de Henrique Mbaïdé a été retrouvé sans vie accroché à une racine dans le canal Ngoubara au quartier Miskine dans le 5ème arrondissement de Bangui tôt le matin du vendredi 24 février 2012. Les sapeurs pompiers qui ont été appelés, sont arrivés très tard sur les lieux et la population a failli les lyncher car quand ils sont arrivés, l’enfant avait déjà été tiré d’entre les racines et conduit à la morgue de l’hôpital communautaire.

 


© corbis image
Quand ce ne sont pas les innondations
Or, d’après des informations recueillies, l’enfant a été commissionné par ses parents 10 minutes avant la pluie, pour se rendre chez sa tante non loin du pont Ngoubagara qui mène au croisement du 8ème arrondissement de Bangui.Depuis, il n’était pas rentré à la maison et les parents qui se sont rendus chez la tante tard pour chercher l’enfant, ne l’ont pas trouvé. Après de longues heures de recherche à travers le secteur, l’enfant n’était toujours pas visible. Le corps présente des signes d’une noyade mais l’on ne saurait le confirmer. Déjà en août dernier, deux enfants, des frères jumeaux qui rentraient d’une rencontre chrétienne après une pluie diluvienne, ont été emportés par la forte puissance de l’eau du canal Ngoubagara. Leurs corps n’ont été retrouvés que des jours plus tard au bas du canal.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Pont sur le canal Ngoubagara à Bangui

Par Tom

26/08/2013 17:06

Ce canal qui capte les eaux de ruissellement de la ville de Bangui du nord au sud est quasi intarissable toute l'année et se constitue en véritable décharge pour les populations riveraines. On y jette tout: des déchets en tout genre; des ordures ménagères aux cadavres de chiens et matelas pourris sans oublier les individus qui s'y noient emportés par les grands courants lors des crues de pluies diluviennes. C'est un réel problème de sécurité et de santé publique. Je vous le dis parce que je sais de quoi il s'agit. Je me souviens avoir vu de mes propres yeux de ce canal il y environ 30 ans le cadavre d'un petit enfant d'environ 8 ou 9 ans noyé et repêché du canal par des passants. Son corps était allongé par terre avec à ses cotés une bougie allumée en attendant l'arrivée des secours et parents. L'image de ce petit corps allongé reste gravé dans mon esprit. Ce genre de drame dans le canal NGOUBAGARA à Bangui n'est pas la première fois. A mon avis, la vraie solution consisterait à l'aménagement du canal sur tout son ensemble: envisager un vaste programme de déplacement des logements des riverains construits sur tout le long en vue de permettre la réalisation de grands travaux d'assainissement et réalisation des ouvrages d'art conséquents sur le long de la partie qui traverse la ville de Bangui jusqu'au fleuve Oubangui.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués