INTERVIEW  |    

Mme Aissata Guisse, conseillère et professionnelle beauté

Par Luidor NONO N. - 03/02/2012

Elle promeut ses produits de beauté et participe avec les marques qui lui font confiance à des concours de beauté

 

Comment vous retrouvez-vous dans la présentation des produits de beauté?
C’est une cousine à moi qui vivait à Paris et qui est allée vivre aux Etats-Unis. Elle a connu ce concept là-bas et elle s’est lancée en tant que conseillère beauté avec la marque Artistry, qui fait partie des cinq marques de cosmétiques de prestige avec Clinique, Lancôme, Estée Lauder, et Shiseido, les plus vendues au monde. Elle a été formée à vendre les produits, ça lui plaisait tellement qu’elle m’a appelé pour en parler. Elle m’a expliqué que vaguement, et m’a proposé d’aller rencontrer des conseillers ici à Paris pour qu’ils m’expliquent comment cela fonctionne et peut-être je serais intéressée ou pas, mais au moins j’aurais eu l’information. J’étais d’accord, et j’ai rencontrée les personnes à Paris quelques semaines plus tard. Je serais toujours conseillé en continu toute l’année. Nous avons également parlé du chiffre d’affaires, des commissions. En plus, c’est une activité à temps partiel. On n’est pas obligé de laisser son travail pour démarrer cette activité. Etant une passionnée de la beauté, et du bien-être, j’ai décidé de démarrer.

 


© journaldebangui.com
Mme Aissata Guissé au travail
A la base avez fait quelle formation, vous faisiez quoi avant?
Je faisais un BTS en tourisme et communication au moment où ma cousine m’a contactée. J’étais en plein dans mes études. Maintenant, cela fait cinq ans que j’ai achevé mon BTS. Aujourd’hui j’ai créé mon entreprise Alyssa Institut, après avoir repris une formation

Vous vous en sortez, comment est-ce que vous gérez ça au quotidien?
La majorité des personnes ont un emploi, et consacrent leur temps libre, à cette activité, seul ou en couple, cette situation est fréquente. Mes conseillers m’ont expliqué que si je souhaite m’engager, eux aussi s’engagent à m’épauler, à me former, à m’accompagner pour tout le temps qu’il faudra. J’ai trouvé cela très surprenant dans le bon sens. Jamais, je n’ai entendu cela qu’on allait me conseiller, m’épauler, travailler en partenariat. Par la suite on m’a expliqué que c’était un rapport gagnant-gagnant, dans le sens ou les conseillers gagnent leur vie, en aidant les autres à réussir. Par la suite ils m’ont dit que moi aussi je pouvais en parler autour de moi, aider les personnes à se lancer.

Produit de beauté pour les peaux jaunes, pour les peaux blanches, quelle est la spécificité de vos produits?
Les cosmétiques et maquillages Artistry et Beautycycle, ont été étudiés spécifiquement pour être adaptés à toutes les carnations, pour tous les types de peaux. Ils sont distribués dans plus de quatre vingt dix pays et territoires, disponible sur les cinq continents

La première fois que vous arrivez dans ces laboratoires, devant toute cette gamme de produits, quel était votre sentiment?
Ce qui est ingénieux, c’est qu’on aborde ces produits en les essayant. Ma conseillère m’avait proposé une pause beauté Le fait de les essayer et d’avoir tout de suite le ressenti, les résultats des la première utilisation, de voir que ma peau est plus nette, plus douce et plus lumineuse, cela m’a immédiatement conquise

Où est-ce que vous trouvez vos clients?
Dans un premier temps ce sont les proches, famille, amis, voisins, collègues, et dans un deuxième temps les amis des amis, les collègues des collègues et le cercle s’agrandit. Beaucoup de bouche à oreille. Alors l’idéal avec cette gamme de produits c’est qu’elle est disponible dans 90 pays et territoires. Et je peux vous dire que j’ai des clients dans toute la France, aux Etats-Unis, en Italie, en Espagne, en Suisse pour l’instant.

Et le continent africain?
Le continent africain malheureusement il n’y a pas assez de centres de gestion des commandes parce que les produits sont disponibles uniquement sur Internet et livrés directement chez les clients. Mais chaque pays a un centre de gestion des commandes et malheureusement là, il n’y a qu’en Afrique du Sud où les produits sont distribués.

 


© journaldebangui.com
Mme Aissata Guissé et Miss Guinée 2012
Les difficultés que vous rencontrez sont de quels ordres?
Lorsque l’on s’engage dans une activité, en tant qu’indépendant, quand on s’engage à quoi que ce soit, il ne faut pas compter ses heures, pas écouter la fatigue. Il faut faire ce qu’il faut pour atteindre ses objectifs, être sur tous les fronts si on veut réussir.

Lorsqu’on fait «du commercial» ça rebute souvent les gens?
Ca peut rebuter dans un premier temps, C’est pour cela que l’approche que ma conseillère a eu avec moi était la bonne. Proposer de tester simplement une nouvelle gamme de produits de beauté et de me dire ce qu’elles en pensent, en général, elles font waouh! Comme moi j’ai fait, elles sont séduites.

Dans votre vie, qu’est-ce que vous utilisez quotidiennement?
J’utilise les soins quotidiens: un nettoyant, une lotion tonique et une crème hydratante, matin et soir. Ce sont les soins de base, ensuite il y a des soins hebdomadaires, les gommages, et masque une fois par semaine, de plus, j’utilise les soins complémentaires, c’est-à-dire les soins exfoliant, anti-taches. Je propose les traitements, anti-acné, les traitements pour illuminer le teint. Ces produits sont en grande partie réservés pour le visage. Je propose la collection spa Artistry pour le corps.

Et les cheveux?
Il y a toute une gamme de produits capillaire que j’utilise quotidiennement. J’utilise quotidiennement les champoings, le masque ainsi que le sérum pour réhydrater les cheveux.

Est-ce que vous avez des clients hommes?
Aujourd’hui de plus en plus d’hommes prennent soin de leur peau, en effet j’utilise la gamme Tolsom pour mes clients masculins.

Est-ce que vous pouvez faire la différence entre Artistry et Beautycycle?
Quand j’ai commencé il y a six ans, il n’y avait qu’une seule gamme de produits de beauté, «Artistry». C’est une marque haut de gamme qui fait partie des cinq meilleures ventes mondiales de cosmétiques de prestige, avec Clinique, Lancôme, Estée Lauder et Shiseido. ARTISTRY est la seule marque de cosmétiques de prestige disponible par l’intermédiaire de la vente directe.Forts de plus de 35 ans de recherches scientifiques très pointues. Beautycycle est une gamme qui propose des lignes complètes inspirées des éléments: l’Air pour la jeunesse de la peau, l’Eau pour l’hydrater*, la Terre pour l’équilibrer, le Feu pour la dynamiser et la Couleur pour mettre sa beauté en lumière. Equivalent des gammes l’Oréal, Olay

Vous particulièrement, qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer au niveau de la gamme Artistry?
C’est une question d’efficacité du produit. Beaucoup de femmes de notre couleur ont des problèmes de taches de boutons, de teint terne, les soins spécifiques résolvent principalement cela.

 


© journaldebangui.com
Présentation de la game de produits Artistry
A côté de cette activité de représentation que vous faites, qu’est-ce que vous faites d’autre?
J’organise des journées relooking dans des salons de coiffure et dans des centres de fitness. Dernièrement j’étais dans un salon de coiffure à Rennes. C’était un salon de coiffure mixte pour femmes aux cheveux crépus ou pour femmes européennes. Comme moi, ma gamme de produits c’est exactement pour toutes les femmes, j’ai tenu à travailler avec ce salon «Wenzo by Henri Michel» Je m’installe dans le salon, les femmes peuvent s’inscrire pour un relooking de beauté. C’est-à-dire je mets en valeur leur beauté en leur proposant un soin de visage et un maquillage, en plus du conseil personnalisé.

J’imagine que vous affrontez le concours des Miss, quels sont vos projets à long et moyen terme?
Le concours de Miss Centrafrique c’est l’un des 6e auquel j’ai participé, e, plus des concours de Miss Sénégal France, Miss Ghana France, Miss Guinée France, Miss Mali France, Miss Union Africaine. Mon intention c’est d’être présente à toutes les élections de Miss Afrique à Paris, en Europe, m’élargir dans la mode et les fashions shows de Paris

Est-ce que vous rencontrez ces autres «femmes» qui sont des indépendantes dans ce créneau là?
La deuxième partie de mon travail c’est d’informer les femmes, mais aussi les hommes qu’ils peuvent entreprendre, comme moi j’ai commencé, on peut se lancer, peu importe le niveau d’études, peu importe les qualifications, peu importe l’âge. Il faut être motivé, de plus on a accès aux formations gratuites. Au bout de trois ans. l’Amway Académy, de Paris m’a proposer une formation de formatrice Beauté & Bien-être

Il y a déjà combien de personnes qui ont été séduites par votre manière de faire?
Depuis six ans, certaines de femmes ont été touchées, je les ai formé, elles volent de leurs propres ailes et continuent dans leurs régions, autour de chez elles pour entreprendre. En moyenne, je ne les compte pas une à une parce qu’une fois qu’elles sont autonome, elles continuent de travailler et de montrer le modèle d’entreprenariat autour d’elles

Est-ce qu’il y a ou pas un risque qu’en chemin on abandonne?
Il y a toujours un risque qu’on abandonne ce qu’on a démarré. C’est important d’être motivé et sérieux au départ quand on démarre une entreprise chaque évènement peut être une excuse pour décrocher. Donc il faut avoir une motivation très importante à la base.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Guissé Aïssata, Professionnel Beauté, Bien-être
  • alyssa.institut@gmail.com

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués