CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

Centrafrique: Le Président rencontre les artistes et hommes des médias

Par Alain-Patrick Mamadou, ACAP - 20/01/2012

Elle a été sanctionnée par une déclaration des artistes, mettant en exergue l’importance de la culture et des radios communautaires

 

Le Président de la République François Bozizé a insisté pour que le gouvernement, les partenaires au développement et les opérateurs économiques intègrent dans les programmes de développement le volet «culture», lors de sa rencontre avec les artistes et hommes des médias communautaires à l’espace Linga Téré autour du thème suivant: «changement de mentalité et de comportement pour un Centrafrique nouveau». Profitant de la circonstance, le Président François Bozizé a annoncé quelques mesures visant à dynamiser le secteur de la culture. Il s’agit de la construction d’un complexe de la culture et du savoir; la réhabilitation de cinq centres culturels régionaux; la création de dix centres de lecture et d’animation culturelle et la mise en place de six carrefours culturels à Bangui et dans certaines villes de provinces.

 


© journaldebangui.com
Le président était en terrain connu
Dans son mot de bienvenue à l’endroit des invités à l’Espace Linga Téré, Vincent Mombachaka, Directeur du centre, a quasiment procédé à un procès de la culture en République Centrafricaine, dominé par la dépravation des mœurs et l’absence du patriotisme. Il a fait la nette différence entre les mentalités et comportements en 1979 et ceux d’aujourd’hui. Les valeurs de 1979 n’existent plus de nos jours et les jeunes manquent de repères, a clamé Vincent Mombachaka. Il a fait allusion à des pratiques rituelles telles que le «Ngarké» et le «soumalé» qui sanctionnent la fin de l’adolescence et le passage à l’âge adulte. Ces organisations secrètes enseignaient le sens du sacrifice, l’envie de travailler, la réprobation des valeurs immorales, etc.

 


© journaldebangui.com
L'espace Linga Téré dans le 8ème arrondissement de Bangui
Vincent Mombachaka a également soutenu que les mutineries, la culture de la destruction des biens publics et privés, les crises politico-militaires et l’incivisme ayant provoqué des désarrois dans les familles et le pays résultent de la rupture avec la culture ancestrale. Au point que la République Centrafricaine est devenu un pays sans culture, où les uns se méfient des autres, a poursuivi le directeur de l’Espace Linga Téré. Il a rappelé quelques réalisations faites dans le domaine de la culture. Il s’agit, entre autre de la loi de dépénalisation des délits de presse; l’aide à 20 orchestres pour se doter en instruments de musique; l’aide à la réhabilitation du siège du Bureau Centrafricain des Droits d’Auteurs, etc. La rencontre entre le Président de la République François Bozizé et les artistes et hommes des médias communautaires à l’Espace Linga Téré a été sanctionnée par une déclaration des artistes, mettant en exergue l’importance de la culture et des radios communautaires dans la préservation de la culture et le développement du pays.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués