NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

2012: année de tous les dangers pour les chefs planétaires

Par Jean-Michel Aubriet, J.A - 06/01/2012

Scrutins présidentiels en France, aux États-Unis et en Russie… Congrès du Parti communiste en Chine… À la fin de 2012, le monde ressemblera-t- il encore à ce qu’il est aujourd’hui? Éléments de réponse

 

Ils sont aussi différents qu’on peut l’être, et leurs relations ne sont pas toujours sans nuage. Mais les cas de Nicolas Sarkozy et Barack Obama présentent de troublantes similitudes. Leur élection (en mai 2007 pour le premier, en novembre 2008 pour le second) avait suscité autant d’espoirs – démesurés – que de résistances – farouches. Espoirs déçus, résistances exacerbées…La crise financière, puis économique et désormais politique leur a singulièrement compliqué la tâche et a rendu vaines la plupart de leurs promesses, à supposer qu’ils aient jamais eu l’intention de les tenir. Leur réélection ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices. Surtout, s’il faut en croire les sondages, celle du président français, mais sait-on jamais?

 


2012, où l'année de la guerre des chefs planétaire
Rien de tel en Russie, où le système national-soviétique verrouillé à double tour exclut, en principe, toute surprise: après l’intérim du pâle Dmitri Medvedev, Vladimir Poutine semblait assuré d’une réélection en forme de plébiscite. Mais une invraisemblable arrogance dans la répartition des rôles avec son acolyte, les fraudes massives et maladroites auxquelles les législatives du 4 décembre ont donné lieu puis les manifestations de protestation d’une ampleur sans précédent qui se sont ensuivies ont changé la donne. Faute d’adversaire à sa mesure, le tsar Vladimir sera reconduit en mars, mais quelque chose, sans doute, s’est brisé.

Conservateurs et réformateurs
De surprise, il n’y aura point à Pékin, où la démocratie ne se pratique qu’en vase clos, au sein d’un Parti communiste aux effectifs pléthoriques: 80 millions de membres. L’affrontement feutré entre conservateurs et réformateurs ayant manifestement tourné à l’avantage des premiers, Xi Jinping deviendra le numéro un à l’issue du 18e congrès, en octobre. La seule inconnue, mais de taille, concerne la composition du bureau politique. Celle-ci déterminera, cinq ans durant, la politique menée par la deuxième puissance mondiale. D’autres scrutins d’importance plus locale auront lieu en 2012, notamment à Taiwan (dès ce mois de janvier), au Mexique (en juillet) et au Venezuela (en octobre). Mais de cela, bien sûr, nous aurons l’occasion de reparler.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués