DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: Des heureuses perspectives pour l’année 2012

Par Luidor NONO - 02/01/2012

2011 aura été une année d’élections et peut-être aussi une année catastrophe augurant des lendemains meilleurs

 

Dès janvier 2011 le corps électoral avait été convoqué pour élire le président de la République et les membres de la représentation nationale. A l’issue de ces échéances assez contestées, le président sortant F. Bozizé a réélu et les législatives au bout de trois reports livreront leurs résultats. L’opposition y laissera ses plumes malgré le boycott avec le décès de l’ancien président A. Félix Patassé emporté par la maladie. L’assemblée nationale quand a elle sera dans l’ensemble aux couleurs du KNK, le parti au pouvoir. Ce dernier malgré les «efforts» consentis a du mal à fournir des services de qualité aux populations et assurer un environnement propice aux investisseurs. Après les contestations provoquées par les résultats aux élections législatives, la Centrafrique est rentrée dans une spirale de tensions sociales avec les pénuries d’eau et d’électricité, les grèves dans les universités et les institutions sociales, les émeutes, les arrestations arbitraires, les affrontements entre les forces nationales et les forces rebelles qui violent le territoire national. Devant ces images chaotiques, ce sont les populations qui crient leur détresse sans se faire véritablement entendre. La médiation nationale conduite par Mgr Pomodimo et l’ensemble des agences du système des Nations unies restent comme impuissantes devant le spectacle des populations dans les rues ou se cachant dans la brousse à cause de l’insécurité. Les messages et autres caravanes de paix ne pourront en rien rétablir la confiance face au retard du processus du DDR ou encore l’installation pérenne de Baba Ladé (six mois déjà) et même de la LRA.

 

Cet environnement délétère s’est accompagné de mauvais scores sur d’autres plans. Economiquement, la RCA produit peu de richesses et est perfusée par des dotations des pays partenaires. L’environnement des affaires reste précaire et est gangrené par la corruption qui a valu au pays d’être rappeler à l’ordre par le FMI. Par ailleurs la RCA vient de perdre quelques uns des ses plus gros investisseurs. Si les chantiers libyens sont à l’arrêt, le groupe minier Aréva a suspendu ses activités. Même le sport qui semblait donner des sourires est affecté par cette morosité. Les Bamara qualifiés pour l’Afrobasket 2011, ne sont pas rentrés avec Assitoungou. Les Fauves engagés dans les éliminatoires de la Can n’iront pas à Libreville malgré leur deuxième place dans leur poule.

Heureuses perspectives pour l’année 2012?
D’après le président Bozizé, l’année 2012, sera celle du lancement d’un ambitieux programme de lancement des grands travaux de modernisation et de stabilisation des grandes structures de base aussi bien en milieu urbain que rural. Elle sera matérialisée, par la mise en œuvre de la politique de déconcentration, décentralisation, et régionalisation qui s’appuiera sur les quatre piliers du DSRP qui englobent les volets pôles de développement. Prenant la mesure de la situation financière assez catastrophique du pays pour cette année nouvelle caractérisée par le retrait des appuis budgétaires des partenaires dans le budget 2012, le Chef de l’Etat s’est livré à une sensibilisation tous azimuts des commerçants et autres opérateurs économiques qui contribuent dans les caisses de l’Etat à plus de civisme. Je lance un appel aux commerçants pour que dans leurs activités, qu’ils respectent la réglementation fiscale et douanière en RCA pour permettre à l’Etat d’assumer ses fonctions régaliennes essentiellement basées sur les recettes fiscalo-douanières. L’incivisme fiscal étant le dénominateur commun des opérateurs économiques de Centrafrique qui profitent ainsi de la complicité des agents indélicats des régies financières, l’Etat centrafricain, à travers le ministère des Finances et du Budget, aura fort à faire pour renflouer ses caisses et ne devra de ce fait compter que sur ses propres ressources pour tenir le pari sinon, le risque d’une cessation de paiement n’est pas si écarté.

La diaspora et la société civile centrafricaine veulent croire en ce pays que nous tous voulons accompagner. Les compétences sont connues et avérées. Les domaines d’activités sont identifiés. Les actions commencent à se mettre en place. Elles ne demandent qu’à être accompagner au nom du respect des droits humains au lieu d’être torpillées. Car selon la déclaration universelle des droits de l’homme inscrite dans la constitution, tout être humain a droit à la vie, à la liberté et à la protection de sa personne. Dans ce contexte, la Rédaction de journaldebangui.com adresse les vœux les meilleurs à tous ses lecteurs et utilisateurs et leur souhaite de commencer cette année 2012 dans la joie et le bonheur.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués