SOCIéTé  |    

Centrafrique La CNTC en crise

Par Fleury Koursany - 15/12/2011

La Confédération Nationale des Travailleurs de Centrafrique (CNTC), est en crise depuis peu et avec elle, d’autres centrales syndicales centrafricaines

 

A l’origine de cette crise, un certain nombre de comportements jugés déviants par les membres de la CNTC et imputables à la Secrétaire Générale, Madame Théodora Faustin Grothe et au Secrétaire général adjoint, Monsieur Moïse Hubert Mbeto-Jy. Dans un communiqué de presse publié le 30 novembre 2011 par les membres du bureau confédéral de la CNTC, ceux-ci reprochent aux Secrétaires Généraux dudit syndicat: le blocage et la confiscation des statuts et règlement intérieur de la CNTC, le détournement des subventions du gouvernement pour les fêtes de travail, le changement de logo et de la devise du syndicat sans accord préalable des autres membres du syndicat, le limogeage injustifié de certains camarades, l’incompétence notoire…

Eu égard à ces motifs, les membres du bureau confédéral de la CNTC ont exigé la convocation d’urgence d’un Conseil national pour débattre des différents points ci-dessus cités. Le 8 décembre 2011, les membres du bureau confédéral, les Secrétaires généraux des fédérations et syndicats de base affiliés à la CNTC ont mis en place au cours d’une réunion tenue à la Bourse du travail, un comité ad hoc chargé de préparer la tenue du Conseil national.

 


© cpi
Par une lettre d’observation adressée à la Secrétaire générale en date du 12 décembre, le Président du Comité ad hoc Monsieur Emmanuel Kouzouaki Yondo demande à celle-ci de suspendre toute activité au nom du bureau confédéral et d’arrêter de porter des propos diffamatoires à l’égard des membres du bureau confédéral de la CNTC. Cette centrale syndicale, selon le Président du Comité ad hoc ne « saurait accepter la mauvaise gestion du bureau confédéral…par deux personnes » que sont la Secrétaire générale et son adjoint.

Cette crise qui s’est installée au sein de la CNTC n’est que la face immergée de l’iceberg quand on sait que toutes les centrales syndicales centrafricaines sont en crise. La dernière en date est non seulement celle qui secoue en ce moment la CNTC mais aussi celle qui a poussé d’autres centrales syndicales à désavouer ceux de leurs membres qui les représentent au sein du cadre permanent de concertation Gouvernement-Syndicat qui se tient chaque trimestre.

Ce cadre permanent de négociation a pour mission principale de poursuivre le dialogue avec les centrales syndicales en vue des propositions concrètes dans le cadre du déblocage des effets financiers d’avancement des fonctionnaires et autres agents de l’Etat bloqués depuis 2006.

D’ailleurs, selon les syndicats, le déblocage partiel des effets financiers par le gouvernement intervenu depuis 2009 ne concerne qu’une petite minorité de fonctionnaires encore actifs puisque nombreux parmi ceux qui en sont vraiment les bénéficiaires émargent désormais dans la rubrique pension.

Plus que jamais, le front social pourrait se raidir et avec les problèmes actuels qui sont les siens, l’Etat centrafricain aura fort à faire pour contenir cette poussée de colère des centrales syndicales.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués