NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La frontière reste close entre la Centrafrique et le Cameroun

Par Lucie Nkouka, avec agences - 28/11/2011

Elle a été fermée après des tirs entre militaires dans la localité camerounaise de Garoua-Boulaï

 

Tout est parti de la dénonciation d'un militaire centrafricain par un conducteur de taxi-moto (camerounais à Garoua-Boulaï) qui a déclaré à la police que le militaire lui avait fait faire plusieurs courses restées impayées. Selon une source à l’Agence France Presse, au moment où la police camerounaise voulait vérifier les faits, il y a eu une altercation entre le militaire et les éléments de la police. D'autres militaires centrafricains, qui ont également traversé la frontière, ont voulu libérer leur compagnon d'armes en procédant à des tirs en l'air. Mais, des renforts camerounais du Bataillon d'intervention rapide sont arrivés sur les lieux et ont interpellé deux militaires centrafricains, a poursuivi cette source. Il n'y a pas eu de blessé mais les deux militaires centrafricains sont toujours en détention (côté camerounais), a-t-elle précisé.

 


© Mutations
En route pour la RCA par le Cameroun
La frontière terrestre entre le Cameroun et la Centrafrique a donc été fermée depuis cet incident à Garoua-Boulaï (300km, est de Yaoundé). Un responsable administratif régional camerounais a confirmé l'incident sous couvert de l'anonymat: Il y eu un accrochage entre soldats centrafricains et camerounais. Un drapeau camerounais a été détruit, l'effigie du chef de l'Etat (Paul Biya) déchirée. Depuis, c'est un calme relatif au niveau de la frontière qui a été fermée. Il y a une tension permanente à la frontière entre le Cameroun et la Centrafrique et nous espérons que l'incident de jeudi 24 novembre va permettre de la résoudre une fois pour toutes a poursuivi ce responsable, sans donner de détails sur l'incident et qui n'a pas confirmé la détention de deux militaires. Des pourparlers ont été engagés entre les autorités des deux pays pour trouver une issue à cette crise.

Les dernières informations sur cette situation font état de véhicules et de voyageurs massés des deux côtés de la frontière en raison de l’interdiction de traverser la frontière. Le préfet de Bouar et sa délégation doivent rencontrer les autorités camerounaises pour un retour à une situation normale. Aucune réaction officielle pour le moment au niveau des deux capitales. Il faut rappeler que Garoua-Boulaï se situe sur l’axe Bangui – Douala, lequel approvisionne en denrées de toutes sortes, la capitale centrafricaine. Une fermeture prolongée de la frontière pourrait entraîner une situation de pénurie à Bangui.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués