NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Incident diplomatique à la frontière camerouno-centrafricaine

Par Pacôme Pabandji - 25/11/2011

Une mission composée du préfet de la Nana-Mambéré se rendra au Cameroun

 

Selon les faits rapportés, un élément des forces armées centrafricaines accompagné de ses collègues se rendait à Garoua-Boulay pour faire des achats. A leur dire il se serait armé d’une grenade. Une fois la frontière traversée, il a été arrêté par les forces armées du Cameroun à l’intérieur du marché Garoua-Boulay. Lesquelles l’ont désarmé et mis sous les verrous. Les forces armées centrafricaines ayant appris cela, se sont déportées dans la localité pour demander sa remise en liberté. Ils auraient même usé de violence à la suite de quoi, un autre militaire aurait encore été arrêté.

 


© journaldebangui.com
La zone frontière entre le Cameroun et la RCA
Selon des témoins joints au téléphone, la tension était vive ce jeudi 24 novembre, car on s’attendait au pire mais cela a été évité. Des pourparlers diplomatiques seraient en cours entre les ministères des affaires étrangères des deux pays. Ce qui aurait calmé la situation. Du côté centrafricain, une autorité du ministère des affaires étrangères et des Centrafricains de l’étranger précisent que tout va pour le mieux car une mission du ministère centrafricain des affaires étrangères se rendra au Cameroun afin d’obtenir la remise en liberté des éléments incarcérés. La mission est aussi composée du préfet de la Nana Mambéré. Ce n’est pas la première fois que les forces armées des deux nations sont en conflit mais ces accrochages finissent toujours par s’arranger. Cependant, la frontière reste encore fermée jusqu’à ce jour et la circulation est bloquée.

 


© journaldebangui.com
Visite du gouverneur (Région Est) Adolphe Lele Lafrique, il y a un moment à Garoua Boulaï
Ces actes de provocation interviennent quelques semaines après le passage du président François Bozizé à la frontière RCA-Cameroun, dans cette même localité de Garoua-Boulaï. Ils ne se produisent pas sans rappeler que les Centrafricains ont toujours réclamé une partie du territoire de l'arrondissement. Pour certains d’entre eux, la sous-préfecture de Garoua-Boulaï est construite sur leur territoire. D’autres incidents similaires à la frontière RCA-Cameroun ont conduit à la fermeture pure et simple du poste au niveau d'un autre arrondissement camerounais, celui de Gari-Gombo. On signale l’instauration d’une sorte de zone tampon à tel point que ce ne sont que les mototaxis qui traversent le check-point depuis quelques mois.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués