DÉBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: Mécanisme d’élaboration d’un document de projet

Par Etienne Vikoma, ACAP - 23/11/2011

Ce module de formation est développé devant les responsables des médias à Bangui

 

Le Ministre de la Communication, Alfred Tainga-poloko a ouvert les travaux de l’atelier de formation pour les responsables des médias centrafricains sur le thème: Elaboration d’un document de projet de gestion de projet des outils pour des médias durables et de qualité. Le but de cet atelier de formation organisé par la Fondation Ndeke-luka, sur financement de l’Ambassade de France à Bangui, est d’apprendre aux responsables des entreprises de presse, comment élaborer un projet bancable de financement viable. Le ministre Alfred Tainga-poloko a fait remarqué que: Si les médias du service public jusque là n’ont pas bénéficié du soutien des différents partenaires. C’est peut-être parce que l’option stratégique de ces médias ne convenait pas.

 


© journaldebangui.com
Monter un projet viable pour la presse centrafricaine
Il entend donner une nouvelle orientation à ces médias publics afin que leur mutation du statut de médias d’Etat au média de service public soit définitivement établie en vue de concourir au renforcement de la démocratie. Le ministre présent a aussi fait savoir que d’ici peu le ministère de la communication va inaugurer une série de débats à la radio et à la télévision. Et il n’est pas exclu que des journalistes des médias publics et ceux des médias privés s’associent pour animer ces débats. Depuis sa nomination à la tête de ce département, le ministre s’était d’abord préoccupé des problèmes d’infrastructures des médias publics, considérés comme des vecteurs susceptibles de porter des contenus sur toute l’étendue du territoire et en dehors de nos frontières. Ce n’est qu’en second lieu qu’il va s’atteler au renforcement des capacités véritables de ses cadres capables de donner la forme et du fond au contenu des médias.

Philippe Deschamps, représentant de l’Ambassade de France à cette cérémonie a déclaré que: Nous sommes disponibles et disposés pour recevoir des projets. Mais un projet avant toute chose est un projet qui doit tenir compte de son contexte et de sa justification. Toutefois a-t-il rappelé, celui qui veut présenter son projet à l’Ambassade de France devrait s’assurer si son projet répond aux procédures d’appel à proposition soumis à l’Ambassade de France, à l’Union Européenne ou à l’ensemble des partenaires. Le chef du projet de la Fondation Ndeke-Luka, Martin Faye a justifié la tenue de cet atelier en ces termes: Nous constatons que de plus en plus beaucoup de partenaires viennent pour appuyer les médias et ils attendent de nous des documents référenciés, élaborés selon les principes que nous ne maitrisons pas parfois.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Burkina Faso: Ouagadougou, la capitale accueille Africa Water Forum 2014
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués