SOCIéTé  |    

Centrafrique: Pourquoi la grève les conducteurs et receveurs de taxis?

Par Fleury Koursany - 04/11/2011

Le syndicat annonce une prochaine grève d’une semaine de leurs adhérents dans la ville de Bangui

 

C’est le syndicat des conducteurs et receveurs des taxis et bus qui a décidé d’observer cette grève pour attirer l’attention du gouvernement sur les difficultés qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur fonction. Dans la lettre envoyée au ministre d’Etat en charge du développement des Transports, le Secrétaire général du Syndicat des conducteurs et receveurs des taxis et bus, M. Brice Pordjiane expose les motifs ci-après pour décider de la grève. Assassinat d’un chauffeur de taxi au niveau du croisement Marabena il y a un an, agression à main armée d’un taximan par un policier au niveau du 7ème Arrondissement en présence d’un magistrat, passage à tabac d’un taximan le 27 octobre 2011 par les éléments de l’OCRB (Office Centrafricain de Recherche du Banditisme) en patrouille, et la blessure par balle le 29 octobre 2011 d’un taximan sollicité pour une course au PK 22 par deux éléments de la Garde présidentielle.

 


© photos-afrique.fr
Un taxi surchargé sur une route menant à Bangui
Le syndicat des conducteurs et receveurs des taxis et bus précise par ailleurs qu’ils arrêteront de travailler toute la journée du 02 novembre 2011 suivi d’un arrêt de circulation des taxis et bus du lundi 7 au Lundi 14 novembre 2011 à partir de 19 heures. Mais alors que l’arrêt de travail a été décidé pour une journée, les conducteurs et receveurs des taxis et bus seront surpris en milieu de journée par la déclaration de leur Secrétaire général appelant à la reprise des activités arguant que les raisons qui ont motivé l’arrêt de travail ont été prises en compte par le gouvernement. Déclaration qui a irrité les grévistes qui se sont immédiatement rendus au siège de leur syndicat pour tout saccager dans le bureau. Sur les murs du syndicat des conducteurs et receveurs des taxis et bus, il est écrit «Pas de Brice! Pas de syndicat».

Pour certains conducteurs, l’attitude du Secrétaire général de leur syndicat en dit long sur sa moralité tant, ils n’arrivent pas à comprendre pourquoi il décide de manière unilatérale de suspendre la grève alors que c’était prévue pour une journée. Comment peut-on être sûr maintenant que le gouvernement est vraiment disposé à apporter des solutions à nos problèmes? Comment peut-on être sûr que les tracasseries policières vont véritablement cesser sur les routes de la capitale centrafricaine, s’interroge pour sa part Ben, un conducteur de bus. Des questions qui demeurent à ce jour sans réponse, ajoute pour sa part un receveur. Toutefois, le public attend de voir si le mot d’ordre d’arrêt de circulation des taxis et bus du lundi 7 au Lundi 14 novembre 2011 à partir de 19 heures sera tenu.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués