DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Can 2012: Cinq colosses au tapis

Par Fayçal Chehat, Football365 - 13/10/2011

La semaine qui commence sera celle du chambardement et des remises en cause dans les états-majors de certains géants du football africain boutés sans ménagement hors de la prochaine CAN

 

Une élimination vécue comme un séisme au Nigeria, en Afrique du Sud, au Cameroun ou en Egypte. Trois des quatre demi-finalistes de 2010, 2 Mondialistes qualifiés seulement: les éliminatoires de la CAN Orange 2012 ont fait l’effet d’une bombe sur la géopolitique du football africain. C’est sans doute du côté de Lagos que l’élimination des Super-Eagles sur le terrain, logiquement, par une formidable équipe de Guinée aux moyens plus limités, laissera le plus de traces. En une minute, la dernière, tout a basculé. Le but d’Ibrahima Traoré a fait basculer les Super Eagles du paradis vers l’enfer. Une triste première. Car le Nigéria n’a jamais été sorti de la compétition lors de la période moderne de la phase finale de la CAN. Ses seules absences correspondent à un boycott (1996) et à une suspension par la CAF (1998). Durant cette même période, le Nigeria a remporté deux titres continentaux, disputé et perdu quatre finales et fini à cinq reprises sur la troisième matche du podium. Un bilan exceptionnel. Seuls l’Egypte et le Cameroun, deux autres sacrifiés de l’édition 2012, ont fait mieux. Pour la Fédération nigériane, le chantier est immense. Il lui faudra régénérer un groupe à bout de souffle. Des joueurs comme Taiwo, Yobo, Odmewingie et quelques autres ne sont dans doute plus dans le coup. Déjà lors de la CAN 2010 (malgré une place de demi-finaliste) et lors du Mondial, on avait pu constater que cette formation était apathique, qu’elle ne dégageait aucun enthousiasme dans le jeu et apparaissait bien loin de ces devancières des années 90 et du début des années 2000.

 


© footafrica365.fr
Un joueur nigérian vraissemblablement sous le choc
Le Cameroun est l’autre pays où les choses peuvent et doivent bouger. On peut faire le même constat que pour le Nigeria. Effectif vieillissant, base de recrutement beaucoup plus étroite qu’il y a dix ou quinze ans et instabilité chronique au niveau de l’encadrement technique. Si les observateurs réalistes du football camerounais s’attendaient à un tel tsunami dès le tirage au sort du groupe C, dit « groupe de la mort » (composé du Sénégal, de la RD Congo et de l’Ile Maurice), d’autres plus optimistes pensaient que la bande à Samuel Eto’o pouvait éviter le piège grâce à son immense expérience et à son légendaire mental. Il n’y eut hélas pas de miracle. C’est la deuxième fois seulement en trente ans – la première date de 1994 – que les Lions Indomptables ne valident pas un ticket pour la phase finale de la CAN. Entre temps, le Cameroun avait cultivé un vrai esprit de la gagne avec quatre titres continentaux (1984,1988, 2000 et 2002) et une finale (2008). Du côté de Yaoundé, une page se tourne. Mais l’avenir reste incertain.

Après son mondial réussi au niveau organisationnel et un contrat correctement rempli par les Bafana Bafana sur le plan sportif, on pensait l’Afrique du Sud guérie et prête à reprendre la place qui était la sienne sur le plan continental les années qui ont suivi la fin de l’apartheid (un titre en 1996 et une finale en 2000). Patatras! La bande à Mosimane n’a pas été à la hauteur dans un groupe G pourtant rendu facile à partir du moment où l’Egypte avait baissé les bras plus tôt que prévu. Le géant d’Afrique australe a réussi a se faire chiper le billet qualificatif par une étonnante équipe du Niger dont les moyens humains et logistiques sont réduits au strict minimum. Le Niger qui expulse par la petite porte à la fois l’Egypte et l’Afrique du Sud, il n’y a que le football à pouvoir proposer de telles aventures. Si l’Afrique du Sud a introduit un recours contre le règlement de la CAF, elle ne devrait pas être repêchée même si le goal-average général la donnait gagnante. Elle aura moins à ruminer que le Cameroun et le Nigéria, car l’organisation de la CAN 2013 l’attend. Un projet passionnant qui lui évitera de passer par la phase des qualifications.

 


© afriscoop.com
La dame Coupe d'Afrique des Nations
L’Afrique de l’Ouest (Nigeria) et l’Afrique australe ne sont pas les seules regions à souffrir, l’Afrique du Nord a reçu un plus gros coup sur la tête en perdant l’Egypte, triple championne d’Afrique en titre, et l’Algérie, un Mondialiste et demi-finaliste de la CAN 2010. Quant à la Tunisie, elle a sauvé sa peau in extremis grâce à l’exploit du Tchad face au Malawi (2-2). L’Algérie et l’Egypte ont «l’avantage» d’avoir reçu le coup de bambou plus tôt dans la saison. Les deux géants se savent éliminés depuis juin et ont déjà commencé une thérapie. L’Algérie a confié son destin au Franco-Bosnien Vahid Halilhodzic, un exceptionnel meneur d’hommes, et s’est fixée comme projet la qualification à la CAN 2013 et au Mondial 2014. Pour ce faire, l’ancien entraîneur du Paris Saint-Germain va certainement donner un grand coup de balai dans l’effectif lors des prochaines semaines. Histoire de repartir avec du sang neuf et sur de nouvelles bases. Les Egyptiens ont exactement le même chantier et ont fait appel à un étranger, l’Américain Bob Bradley, pour donner un coup de jeune à un moteur usé par le long parcours de ces fructueuses dix dernières. Pour bien mesurer l’échelle du séisme qui frappe la CAN, il faut savoir que les cinq grands absents de la CAN Orange 2012 totalisent quinze titres continentaux depuis 1957. Quant aux quatre petits poucets, Botswana, Niger, Libye et Soudan, ils comptablisent seulement neuf participations aux phases finales de la CAN depuis 1957.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Le poids des absents: Coupe d’Afrique des nations:
  • Phases finale: 61. Egypte, 22. Nigeria, Cameroun, 17, Algérie, 14, Afrique du Sud, 8.
  • Victoires en finale: 15. Egypte, 7. Cameroun, 4. Nigeria, 2, Algérie, Afrique du Sud, 1.
  • Finales perdue: 11. Nigeria, 4; Cameroun, 2; Algérie, 2; Afrique du Sud, 1.
  • Coupe du monde: Participations aux phases finales: 18. Cameroun, 6; Nigéria, 4; Afrique du Sud, 3 Algérie, 3; Egypte, 2.

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués