ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafrique: L’eau et l’électricité se raréfient, le ministre de tutelle justifie

Par Fleury Koursany - 11/10/2011

Bangui la capitale pourrait vraiment être dans le noir un jour si l’on n’y prend garde

 

L’eau et l’électricité se font rares dans la Capitale centrafricaine et le ministre de tutelle réagit. La sortie médiatique du ministre de l’Energie et de l’Hydraulique avait pour but d’informer l’opinion nationale et internationale à la suite des perturbations constatées dans la fourniture de l’électricité et de l’eau dans la capitale centrafricaine. Des perturbations ayant entraîné un certain ralentissement des activités dans les administrations, les commerces sans pour autant oublier la distribution d’eau à Bangui. A ce propos, les populations de certains arrondissements de Bangui ont dû effectuer des déplacements dans d’autres arrondissements pour se procurer en eau. Selon le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, la simultanéité des multiples déclenchements survenus sur les réseaux ENERCA tant à Boali qu’à Bangui a provoqué de sérieux dommages sur plusieurs équipements tant au niveau de la concession de l’ENERCA que de plusieurs départs du réseau de distribution du poste A.

 


© journaldebangui.com
Le ministre de l'Energie et de l'Hydraulique
Situation nouvelle qui s’ajoute à un précédent problème que connaît l’ENERCA depuis le 19 septembre 2011 suite à l’arrêt du groupe n° 3 et qui prive cette société de 1,700 MW. Comme conséquence immédiate, rajoute le ministre, les délais de délestages ont été rallongés à environ 10 heures par jour. De manière directe, c’est la SODECA (Société de distribution d’eau en Centrafrique) qui fait les frais des pannes successives d’électricité qui ont porté un coup aux groupes d’alimentation de ses cuves. A ce propos, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique en a profité pour dire aux Centrafricains que l’eau qui leur est servie par la SODECA est potable comme l’attestent les résultats des contrôles de qualité y effectués par l’Institut Pasteur de Bangui.

 


© journaldebangui.com
Une vue du ministère de l'Hydraulique à Bangui
Aux agents indélicats de l’ENERCA qui s’adonnent au vol de carburant destiné à l’alimentation des groupes thermiques et à la distribution frauduleuse du courant électrique dans les quartiers, ils auront droit à des sanctions prévues en la matière comme l’a précisé le ministre de tutelle. Mais en attendant que la construction du barrage hydroélectrique de Boali III puisse dans trois ans apporter un léger mieux dans la fourniture de l’électricité en Centrafrique, l’on espère que les installations actuelles de Boali I et II puissent soutenir l’effort national qui s’entreprend sinon Bangui la capitale pourrait vraiment être dans le noir un jour.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués