SOCIéTé  |    

Quelle justice dans l’affaire Mackpayen «Le Centrafricain»?

Par Fleury Koursany - 11/10/2011

Arrêté à la Section de Recherches et d’Investigation depuis le 27 septembre 2011, M. Mackpayen est toujours en détention

 

Plus de 10 jours de détention et les réelles charges qui pèsent sur ce Centrafricain ne sont pas encore rendues publiques. Etant donné que le dossier le concernant fait l’objet d’une mainmise de la part des autorités en charge de l’instruction de cette affaire. La défense de sieur Mackpayen Le Centrafricain n’a pas encore pu avoir accès au dossier quand bien même cette dernière a solennellement écrit aux autorités compétentes pour que leur soit donné l’occasion de connaître les motifs établis pour lequel leur client croupit à la Section de Recherches et d’Investigations (SRI). Le refus de communiquer dans cette affaire peut tout de même sembler préoccupant quand on sait que la République Centrafricaine à travers les pouvoirs publics n’a cessé de se proclamer l’Etat de droit qui devra garantir à tous un certain nombre de droits fondamentaux. Comme le droit d’aller et venir, d’être assister par un avocat de son choix quand on est aux arrêts, d’émettre son opinion sur la gestion de la chose publique… Des droits inaliénables pourtant reconnus par les lois de la République.

 


© cap
Le sieur Mackpayen «Le Centrafricain»
De sources concordantes, le nommé Mackpayen Le Centrafricain, arrivé à Bangui le vendredi 23 septembre 2011, a pris une chambre à l’Hôtel du Centre. Le mardi 27 septembre, Monsieur Mackpayen a eu la visite des gendarmes qui ont demandé à fouiller sa chambre. Après avoir passé au peigne fin les lieux, les gendarmes n’auraient rien trouvé de compromettant mais ont demandé à Monsieur Mackpayen de les suivre. C’est ainsi que depuis cette date "Le Centrafricain" séjourne dans les locaux de la SRI. Selon d’autres sources émanant de la SRI, il serait reproché au nommé Makcpayen Le Centrafricain une certaine «intelligence avec l’étranger aux fins d’une atteinte à la sureté de l’Etat». Une infraction si grave en soi qui aurait pu déboucher sur d’autres arrestations quand on sait que pour ce genre de forfait on se prépare mais, elle met en évidence et implique souvent plusieurs personnes avec des moyens qui ne trompent pas. Mais depuis le 27 septembre jusqu’à ce jour, le nommé Mackpayen Le Centrafricain est le seul suspect et sa défense est privée de son droit légitime d’accéder au dossier. Lequel n’évolue pas comme cela devrait être le cas si les faits étaient constatés.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués