DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: Vivement au rythme des grèves

Par Fleury Koursany - 03/10/2011

Les populations n’hésitent plus à recourir à des manifestations, des grèves pour toute revendication

 

De la stabilité à l’instabilité, il n’y a qu’un pas pour que tous les efforts entrepris à quelque niveau que ce soit puissent être sabotés si on n’y prend garde. C’est la triste et dangereuse réalité centrafricaine qui renoue une fois de plus avec le cycle des grèves à répétition qui rappellent une époque récente de notre histoire commune. Pourtant, à-t-on toujours l’habitude de dire ou d’entendre dire que c’est sur les cendres du passé qu’on construit le présent aux seules fins d’un futur radieux. Autrement dit, les erreurs du passé doivent être corrigées dans le présent afin que le futur ne soit pas aussi hypothétique qu’il semble l’être aujourd’hui. Au rythme des grèves et autres manifestations, Bangui fait face à un front social qui perdure. Comme si, toutes les couches de la société sont devenues «rebelles» au point de se «rebeller» à la moindre occasion pour revendiquer ce qui semble «confisqué». Les étudiants de l’Université de Bangui avaient aussi tenté cette aventure en mettant la pression sur le gouvernement afin d’avoir la «tête» du Directeur des bourses et stages accusé de «partialité et de favoritisme» dans le traitement des dossiers de bourses. Le Directeur des bourses et stage a donc bénéficié de l’appui du ministre de tutelle pour rester à son poste mais, l’affaire reste cependant en suspens tant les étudiants promettent y revenir au moment opportun. Cependant, la tête du Recteur de l’université de Bangui leur a été servie.

 


© journaldebangui.com
Fleury Koursany
Pas besoin aussi de rappeler à cette occasion, les deux mois de grève déclenchée par les enseignants du supérieur pour revendiquer du gouvernement centrafricain, l’application des dispositions du décret no 06.156 du 10 mai 2006 qui leur porte dispositions particulières. Une grève qui a entamé en quelque sorte le minimum de crédibilité qui restait au gouvernement centrafricain obligé d’adopter profil bas devant la ténacité des grévistes. Et comme si cela ne suffisait pas, et une fois de plus, les populations du 3ème Arrondissement de Bangui, privées d’électricité depuis un certain temps, ont choisi la rue pour revendiquer ce qu’elles considèrent comme des droits. Naturellement, l’électricité est revenue dans le coin même si les responsables de la société ENERCA ont dû faire déplacer les notables dudit arrondissement au niveau de l’usine Boali I en panne depuis le 19 septembre pour qu’ils constatent eux-mêmes l’état de vétusté des installations. Comme si, la leçon est désormais apprise par les populations centrafricaines qui n’hésitent plus à recourir à des manifestations, des grèves pour toute revendication.

A la SOCATEL, on ne s’empêche pas de grever pour revendiquer des droits plus ou moins confisqués. Tout comme le personnel de l’ASECNA (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar) avait tenté cette aventure gréviste pour réclamer aussi des droits considérés comme inaliénables. Cet état de fait témoigne à suffisance que le gouvernement centrafricain est sous pression multiformes. Aussi bien de sa propre population, de ses propres institutions et pour tout couronner de ses principaux partenaires extérieurs qui exigent plus de transparence dans la gestion de la chose publique. Comme si la République Centrafricaine n’inspire plus confiance et qu’il faille la mettre «sous tutelle». Pourvu que les autorités centrafricaines puissent dénicher ce qu’il ya derrière toutes ses pressions de la rue centrafricaine ici constatées par les grèves qui se succèdent d’une structure à une autre et qui nous rappellent malheureusement et toujours, une période très récente de l’histoire de notre République.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués