DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: Les maux qui minent la paix

Par Acap Presse - 29/09/2011

Le ministre de la Communication, de la Culture Démocratique et Civique, Alfred Poloko Taïnga à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la paix édition 2011

 

Il a énuméré certains maux qui constituent des menaces pour la paix en Centrafrique. Voici l’intégralité de son discours prononcé à l’hémicycle de l’Assemblée nationale à Bangui

-Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,
-Honorable, Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,
-Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,
-Madame la Représentante Spéciale du Secrétaire Général et Chef du Bureau Intégré des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix en Centrafrique (BINUCA),
-Madame la Représentante Spéciale du Président de la Commission de l’Union Africaine
-Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques accrédités en Centrafrique,
-Mesdames et Messieurs les Représentants des Agences du Système des Nations Unies en Centrafrique,
-Mesdames et Messieurs,
-Distingués invités, en vos rangs et qualités,

 


© acap-cf.info
Le ministre de la Communication, de la Culture Démocratique et Civique, Alfred Poloko Taïnga
C’est un grand honneur et un agréable devoir de prendre la parole devant cette Auguste Assemblée pour souligner l’importance de l’évènement que notre pays la République Centrafricaine, célèbre à l’instar de la société internationale ce jour, 21 septembre 2011, baptisé Journée Internationale de la Paix. Conformément à la Résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies qui consacre le 21 Septembre de chaque année, Journée Internationale de la Paix, celle que nous célébrons ce jour est centrée sur la Démocratie, "question ô combien actuelle" (pour reprendre les propos du Secrétaire Général des Nations Unis). S'il n'est pas superflu de rappeler, à l'instar du Secrétaire Général des Nations Unis, que la démocratie, je cite:
"-est déterminante pour les droits de l'homme,
- qu'elle offre les moyens de régler les différends,
- qu'elle apporte l'espoir à ceux qui sont marginalisés,
- qu'elle place le pouvoir entre les mains du peuple" fin de citation, il n'est pas moins superflu de souligner qu'en tant qu'aspiration universelle, la démocratie est bien apparue au cours de l'histoire comme le moins mauvais des systèmes politiques.

Elle a donné aux peuples matures et responsables l'occasion d'orienter leur propre destin, de choisir à travers des élections libres et transparentes leurs dirigeants, de mettre en place des institutions qui organisent leur vie en société, en déterminant des devoirs et en concédant des droits. Sa ré articulation économique à travers l'économie de marché a conforté l'ambition des nations qui ont réussi à construire de grandes économies, à améliorer les conditions de vie de leurs populations, mieux encore à leur reconnaître des droits ainsi que le droit de les revendiquer. C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre, me semble t-il, le message fort d'enseignements et d'interpellation citoyenne, du Secrétaire General des Nations Unis, son Excellence Ban Ki Moon, notamment lorsqu'il souligne dans sa déclaration de circonstance que, je cite: "La démocratie n'arrive pas toute seule; il faut la nourrir et la défendre. Chacun doit se faire entendre en faveur de la justice sociale et de la liberté de la presse; de la protection de l'environnement et de l'autonomisation de la femme; de la légalité et du droit qu'à chacun d'être associé aux décisions qui concernent son avenir." (Fin de citation). Récemment encore, l'humanité a été témoin de convulsions sociales qui préfigurent cette aspiration démocratique adossée à un rêve, celui d'un avenir meilleur. J'ai donc la faiblesse de penser que le thème retenu cette année interpelle à plus d’un titre l’ensemble des Etats de la planète en général et ceux de l’hémisphère Sud en particulier, dans la mesure où cette partie de l’humanité est confrontée aux défis de la Paix et de la Démocratie et dans une certaine mesure aux aspérités de celle-ci.


Excellence Monsieur le Président de la République Chef de l'Etat
Mesdames et Messieurs,
Distingués invités en vos rangs et qualités,
La démocratie peut être un excellent moyen pour un peuple mature et responsable de gérer, pas forcement des conflits mais surtout la paix. Dans le contexte d'un Etat de droit, elle offre plusieurs espaces de gestion des divergences, des choix et options sociopolitiques afin d'oxygéner le jeu démocratique et améliorer la gouvernance. Par ce fait, elle proscrit de facto et annihile toute velléité de raccourcis militaro-politique et confère à la politique une certaine élégance chaque fois qu'elle s'émancipe des questions roturières pour s'articuler autour des véritables préoccupations du peuple anonyme. La démocratie devient alors un facteur de paix pour peu que l'on s'accorde à définir la paix non pas comme une absence de conflit dans le corps social, mais plutôt comme l'opportunité constante pour un peuple de régler par le dialogue, toute divergence consécutive à la vie en communauté.

 


© journaldebangui.com
Une des banderoles éditées lors de la célébration de la journée de la paix
-Excellence Monsieur le Président de la République Chef de l'Etat
-Mesdames et Messieurs
-Distingués invités en vos rangs et qualités,
De la manière dont un peuple conçoit, organise et implémente sa démocratie dépend sa survie ou sa ruine. En effet, la démocratie cohabite trop souvent avec l'inflation du discours. L'histoire de l'humanité nous apprend que la liberté d'expression qui est le corollaire régulier de toute démocratie, au lieu de porter les valeurs de la démocratie, en d'autres temps, a porté des antivaleurs qui à terme se sont révélées démocraticides. De même, lorsque les espaces de dialogue conçus pour oxygéner la démocratie tels que les radios, les télévisions, les journaux, internet... etc., sont assiégés par la pensée unique, les tracts ou toute forme de pré-positionnement belliciste, c'est encore et malheureusement la paix qui est, ou sera menacée. La menace contre la paix est multiforme. Elle peut prendre des formes implicites, insidieuses, pernicieuses, explicites et parfois brutales.


La pauvreté et une menace contre la paix et la démocratie. L'obscurantisme, l'intolérance, l'analphabétisme sont des menaces contre la paix et la démocratie. Le manque de solidarité, l'injustice, l'impunité, le non reconnaissance des droits de la femme, de l’enfant, des minorités, peuvent constituer une menace contre la paix et la démocratie. L'Etat de droit dans sa configuration consubstantiellement revendicative porte indéniablement les risques d'une menace contre la paix. En d'autres termes, l'insuffisance de ressources financières pouvant permettre à un gouvernement, fut-il légitime, de satisfaire les revendications légitimes d'une frange de sa population, constitue potentiellement une menace contre la paix et la démocratie. En considérant l'Etat de droit comme un Etat qui s'est doté d'un ensemble de dispositions normatives qui confèrent des droits (et devoirs) à ses citoyens, dont celui surtout de les revendiquer, alors que les capacités objectives de l’Etat à satisfaire ces revendications ne sont pas toujours garanties, la probabilité d'une menace contre la paix devient indéniable.

Toutefois, la meilleure réplique contre toutes ces menaces contre la paix est d'abord ré-flexive. C'est dans nos cœurs, dans nos esprits, dans nos familles biologiques ou politiques, sur nos lieu de travail, dans nos églises, associations et quartiers, bref, c'est à nous mêmes et autour de nous que nous devons rappeler à chaque instant, les vertus de la paix, ses avantages immédiats ou ses effets induits. Les évènements qui se sont récemment déroulés à Bria, dans la préfecture de la HAUTE KOTTO, où le sang des Centrafricains a inutilement coulé, sont forts regrettables. C’est ici, une fois de plus, le lieu de rappeler que ne plus jamais nous devons recourir à ces types de solutions pour régler nos différends. C’est aussi l’occasion d’attirer l’attention sur le sens de responsabilité de chaque fille et fils de la RCA et rappeler à chacun, que personne ne construira notre sécurité à notre place. C'est à nous de veiller au quotidien à la consolidation de la démocratie et de la paix dans notre pays ; car la paix n’est pas menacée uniquement par les armes et les querelles des politico militaires mais également par nos comportements, nos propos et excès de tout genre qui sont, malheureusement, sources d'inutiles conflits fratricides, qui par ailleurs, compromettent dangereusement nos chances de développement.

-Excellence Monsieur le Président de la République chef de l'Etat
-Mesdames et messieurs,
-Distingués invités en vos rangs et qualités,
Je ne saurais terminer mes propos sans partager avec vous cette conviction : dans la dynamique mondiale actuelle, lorsqu'un peuple se refuse à choisir la paix, il s'expose aux instabilités de tous ordres, qui l'entraineront fatalement dans l'impasse. Et comme chacun sait, lorsqu'un pays s’enlise dans des turpitudes, alors que d'autres poursuivent inlassablement leurs efforts de développement, en définitive il recule. J'en conclue que le grand combat pour une paix durable, qui nous attend, n'est pas seulement celui de consolider notre Etat de droit mais aussi et surtout d'assoir un Etat de devoir et de Responsabilité, dans lequel chaque citoyen prend lui même conscience de sa part de responsabilité dans la construction du destin collectif.


Vive la Journée Internationale de la Paix.
Je vous remercie.
 
MOTS CLES :  Ministre   Association   Journée Internationale   Psf   Paix   Communication 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués