SOCIéTé  |    

On a marché pour la paix en Centrafrique

Par Fleury Koursany - 21/09/2011

Une marche pour la paix a été organisée ce 21 Septembre 2011 pour célébrer la journée internationale de la paix

 

A l’instar d’autres pays de la planète, la République Centrafricaine a commémoré cette journée internationale de la paix sur le thème, «Paix et démocratie, faites entendre votre voix». En Centrafrique, la commémoration a commencé par une marche pour la paix qui a quitté la «Place de la réconciliation» en empruntant l’Avenue Koudoukou, la «Place du 15 mars 2003» puis l’Avenue de l’Indépendance om la flamme de la paix a été remise par le Coordonnateur humanitaire à l’honorable députée Gina Sanzé, deuxième Vice-présidente de l’Assemblée nationale.

 


© journaldebangui.com
Le début de la marche pour la paix ce 21 septembre à Bangui
Sur les différentes banderoles déployées pour la circonstance, il est écrit «pour une culture de la paix en RCA, agissons pour la paix; avec nos forces, consolidons la paix pour le meilleur développement de notre pays; évitons la haine et la division pour conquérir la paix et la cohésion sociale; peuple centrafricain, la paix n’a pas de prix; appel international au cessez-le-feu et à la non violence». «Comme c’est beau de voir tout ce monde marcher pour la paix en Centrafrique mais qu’est-ce que ça peut réellement changer dans certaines villes de nos provinces en proie à l’insécurité?», s’interroge Viviane de l’Association Centrafricaine pour la lutte contre la violence, ayant pris part à cette marche pour la paix. «la paix, c’est le minimum de ce que nous voulons pour notre pays qui est bien placé que d’autres pour témoigner des effets pervers de la violence et ses corollaires sur le développement», a déclaré un personnel du Programme des Nations unies pour le Développement PNUD).

 


© journaldebangui.com
Remise de la flamme de la paix devant l'Assemblée nationale
Pour Davy Kpénouwen, Directeur de Publication de l’Hebdomadaire «Le Pays», «l’heure n’est plus aux discours courtois savamment conçu par les politiques pour le besoin de la cause afin de faire montre de leur bonne volonté tendant à promouvoir la paix. Si celle-ci devait être consolidée comme ils ne cessent de le déclarer, chaque Centrafricaine, chaque Centrafricain se doit de planter les graines de cette paix d’abord dans les cœurs avant qu’ils ne puissent germer dans tout le pays. Il faudra aussi que les politiques centrafricains puissent comprendre qu’il leur appartient en premier lieu de semer cette graine en gérant de manière transparente, les fonds publics car c’est aussi cela, promouvoir la paix et la démocratie».
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués