SOCIéTé  |    

Centrafrique: «Bye-bye les vacances», bienvenue la rentrée des classes

Par Fleury Koursany - 15/09/2011

Elle est officielle dès ce 15 septembre sur toute l’étendue du territoire

 

Finies les vacances scolaires, la nouvelle rentrée scolaire du moins officielle est effective à compter de ce 15 septembre 2011, comme fixé par le gouvernement centrafricain. Les bons résultats qu’attendent les parents à la fin de chaque année scolaire se préparent dès la rentrée des classes, a déclaré Madame le ministre en charge de l’Enseignement primaire et secondaire, Annie Gisèle Nam. Un appel de Madame le ministre en faveur des élèves centrafricains qui, selon elle, devra reprendre les classes pour préparer leur propre avenir et partant celui de toute la nation centrafricaine.


 


© afrinfos
La fin de l'année se prépare dès la rentrée
Placé sous le signe du travail, de l’excellence, de la lutte contre la corruption, une éducation de qualité, la scolarisation des filles pour un partenariat éducatif, comme mentionné par Madame le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire, la rentrée des classes en Centrafrique est diversement appréciée par les parents d’élèves centrafricains. Pour certains, c’est bien mieux que cette rentrée soit fixée au 15 septembre 2011 car elle pourrait permettre aux élèves d’avoir environ 9 mois pour étudier au lieu de se contenter des 5 ou 6 mois de semestres comme d’habitude. Cela pourrait rehausser un tout petit peu le niveau de nos élèves tant décrié depuis une dizaine d’années. Mais pour d’autres, la rentrée des classes du 15 septembre 2011, c’est encore plus de soucis financiers pour assurer une rentrée décente aux enfants.

Edgard est l’un des nouveaux intégrés de hiérarchie A2 et déclare à propos de cette rentrée des classes que «les moyens financiers font défaut. Les prêts scolaires demandés aux banques tardent à être octroyés et justement cela complique un peu les choses mais on fait avec ce qu’on a pour cette rentrée des classes» Sentiment aussi par sieur Thierry, instituteur à l’école Yakité à Bangui et habitant le quartier Brazza à Bangui. Ce dernier déclare que «les maigres salaires ne permettent pas de satisfaire tous les besoins de nos enfants pour cette rentrée scolaire fixée au 15 septembre 2011. Nous pensons qu’il faut attendre le salaire du mois d’octobre 2011 pour que les autres détails soient réglés permettant à nos enfants de commencer les cours dans de bonnes conditions». Toujours est-il que chaque rentrée des classes apporte son lot de difficultés.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués