ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafrique: Une nouvelle ère de mobilisation des finances

Par Fleury Koursany - 12/09/2011

Une lutte sera menée contre les auteurs de détournements, la fraude et la corruption dans les régies financières

 

Le président centrafricain a déclaré lors de la clôture des états généraux des finances que la République Centrafricaine va désormais entrer dans une nouvelle ère de mobilisation et de gestion rationnelle des finances publiques. Pour cela, ajoute le président centrafricain, une lutte sans merci devra être menée contre les auteurs de détournements, la fraude et la corruption dans les régies financières. Il en appelle à la mobilisation de tous les centrafricains pour venir à bout des principaux maux qui minent les finances publiques du pays. L’administration centrafricaine ne doit plus être le refuge des paresseux et des fonctionnaires qui méprisent l’autorité de l’Etat, a-t-il mentionné.

 


© acap-cf.info
Des participants aux Etats généraux des Finances de RCA
Des recommandations
Une kyrielle des recommandations a été formulée par les sept groupes thématiques retenus pour ces états généraux des finances. Ces recommandations sont relatives à la dette et les dépenses publiques. En ce qui concerne les recettes publiques, il s’agira de développer des stratégies de mobilisation des aides extérieures, d’améliorer l’environnement des affaires, de centraliser toutes les recettes publiques sur le compte unique du Trésor ouvert dans les libres de la BEAC. Quant aux dépenses publiques, désormais, le ministère des finances devra améliorer la coordination des structures impliquées dans le processus d’enlèvement au sein du gouvernement, autrement dit, le ministère des finances est désormais le seul habilité à engager financièrement l’Etat et accorder les garanties et tous les accords et conventions de prêt doivent être consignés par le ministre des finances et du budget. Le département des finances devra aussi réviser les dispositions des lois sur les valeurs, les garanties…, puis réviser les circuits de paiements des services de la dette extérieure.

La méthode PDR
Les états généraux des finances publiques de la République Centrafricaine ont accouché d’une méthode dite PDR (Prévention, Dénonciation et Répression). La lutte contre la corruption devra commencer par la prévention du phénomène. Une campagne de sensibilisation sur le phénomène devra être menée pour une prise de conscience individuelle et collective aux fins de circonscrire les méfaits de la corruption sur les finances publiques. Après la prévention, vient la dénonciation. Cette méthode a été retenue pour le simple fait qu’elle découragera dans un cadre juridique encadré toutes les tentatives de corruption dans les régies financières. L’encadrement juridique de cette méthode ayant pour ultime finalité, d’éviter les dénonciations calomnieuses, fantaisistes et calomnieuses. Par-dessus tout, vient en dernier recours, la répression des faits avérés de corruption pour une certaine performance des finances publiques de la République Centrafricaine.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués