SOCIéTé  |    

La réplique de l’ANECA face à la grève des enseignants

Par Kpangbandjé - 08/09/2011

Le président de l’association nationale des étudiants centrafricains (ANECA) interpelle les autorités centrafricaines à se prononcer

 

Le syndicat autonome des enseignants du supérieur (SYNAES) réunit en assemblée générale le mercredi 7 septembre 2011, a décidé d’une grève de 30 jours jusqu’au 12 octobre 2011. De l’avis de M. Jean Claude Malaby, professeur d’Anglais à l’école normale supérieure de Bangui et membre du syndicat, «c’est la dernière phase d’avertissement car la prochaine sera une grève illimitée, et donc une année blanche ». Cette décision est une annonce fatale qui présage d’une année blanche à l’université de Bangui. Elle a d’ores et déjà suscité des réactions, notamment celle de M. Carême Gildas Benam, président de l’association nationale des étudiants centrafricains (ANECA). Il interpelle les autorités centrafricaines à se prononcer afin d’éviter une éventualité d’une année blanche. Le gouvernement centrafricain de son côté, a évoqué qu’il n’y a pas d’argent et que ce problème ne pourrait être résolu de suite et donc il faut attendre la situation globale des fonctionnaires de la République centrafricaine, ce qui risquerait de compliquer les choses puisque ces enseignants sont restés sur leur décision.

 


© journaldebangui.com
M. Gildas De Carême Benam de l’ANECA
M. Gildas De Carême Benam, a réagi pour donner la position des étudiants centrafricains face à cette situation qu’il qualifie de «très alarmante». Selon lui, les différentes périodes de grève des enseignants du supérieur ont causé beaucoup de torts non seulement aux étudiants centrafricains, mais aussi à l’Université et à la République centrafricaine en générale. Pour accentuer les inquiétudes des étudiants, les enseignants en sortant de leur assemblée générale, ont décidé d’une grève de 30 jours. Dans cette situation, « l’ANECA garde sa neutralité n’étant ni du côté des enseignants, ni de celui du gouvernement. Seulement, les étudiants ne peuvent que revendiquer leur droit à l’éducation qui est en ce moment bafoué. De ce fait, il ne revient ni au gouvernement, ni aux enseignants de dire aux étudiants ce qu’ils devraient faire étant donné que l’ANECA qui existe, est mature, neutre et indépendante» a dit M. Benam. A la suite de la reconduction de la grève des enseignants, l’ANECA a annoncé son assemblée générale extra ordinaire le lundi 12 septembre 2011 à 9 heures. Les étudiants centrafricains décideront de la conduite à tenir. Le combat s’annonce déjà rude pour le gouvernement centrafricain quoi doit faire de son mieux afin d’éviter une année blanche, également pour les étudiants rassemblés au sein de l’ANECA qui font prévaloir leur droit à l’éducation.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués