SOCIéTé  |    

Encore 30 jours de grève pour les enseignants du supérieur à Bangui

Par Fleury Koursany - 07/09/2011

C’est la décision de l’Assemblée générale des enseignants du supérieur qui s’est tenue ce mercredi, 7 septembre 2011

 

Après avoir pris connaissance des différentes démarches entreprises par leur syndicat auprès des autorités compétentes et à l’unanimité, les enseignants ont décidé de reconduire la grève pour 30 jours. «Cette reconduction était prévisible vu les incohérences de propositions qui émanaient du gouvernement centrafricain», a lâché en substance, un enseignant du supérieur à la sortie de l’Assemblée générale. Pour Dr Alain Mokossessé, enseignant à la Faculté des Sciences de l’Université de Bangui, à l’issue des riches débats qui ont eu lieu, la base a décidé de cette reconduction d’autant plus que le gouvernement n’a même pas daigné faire des propositions qui tiennent compte des principales préoccupations des enseignants. Celles-ci tournent autour du décret pris par le Président de la République depuis 2006 pour accorder un certain nombre de prérogatives aux enseignants du supérieur. Pour être plus direct, ce décret dont l’arrêté d’application tarde à être pris depuis 2006 a nettement amélioré le traitement salarial des enseignants du supérieur. Nous revendiquons l’application intégrale des dispositions de ce décret».

 


© Hippolyte Donossio
La position des enseignants du supérieur ne change pas: Leur statut particulier
Sur le même sujet, M. Michel Laguerre, enseignant en droit de l’Environnement à la Faculté des droits et sciences politiques rajoute que pendant 5 années, ils ont dormi parce qu’on leur a fait prendre une pilule sédative, ce qui a fait qu’ils n’ont pas pu revendiquer durant ces années là, les droits qui sont les leurs. Mais aujourd’hui, cette pilule n’a plus d’effets et le raisonnement aussi bien technique que politique fourni par le gouvernement est à minima. Autrement dit, cet argument du gouvernement qui consiste à soutenir que les caisses de l’Etat ne peuvent permettre de supporter la hausse salariale qui découlera de la signature de l’arrêté d’application du décret de 2006 portant dispositions particulières aux enseignants du supérieur ne peut prospérer. Car toutes les démonstrations ont été faites mais qu’il manque une simple volonté politique pour faire bouger les choses.

 


© Hippolyte Donossio
La faculté la plus populaire de l'Université de Bangui semble devenir un lieu "inhabité" en ce moment de grève
Coté étudiants, le président de l’ANECA (Association Nationale des Etudiants Centrafricains), Gildas Benam a non seulement regretté que cette grève soit reconduite pour 30 jours mais, lui compte continuer les démarches pour que les uns et les autres puissent comprendre que les étudiants ne doivent pas être privés du droit à l’éducation. A cet effet, le président de l’ANECA annonce la tenue d’une Assemblée générale des étudiants centrafricains sur le sujet le lundi, 11 septembre 2011. Cette grève d’un mois qui vient d’être lancée par le Syndicat national des enseignants du supérieur intervient à l’issue d’une grève de 21 jours. Rendez-vous est donc pris pour le 13 octobre 2011 pour finalement déclarer l’année blanche au cas où le gouvernement centrafricain n’accède à leur revendication, a déclaré M. Dieudonné Kpamo, un autre enseignant de l’Université de Bangui.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués