NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Fin de campagne électorale partielle

Par Radio Ndeke Luka - 02/09/2011

Ces quartiers généraux sont pratiquement vides et on enregistre déjà un cas d’arrestation d’un candidat à Bangui

 

Les quartiers généraux des candidats aux législatives partielles prévues ce 4 septembre dans 14 circonscriptions électorales de la République Centrafricaine, affichent toujours une ambiance morose en cette fin de la campagne. Ces quartiers généraux sont pratiquement vides et on enregistre déjà un cas d’arrestation d’un candidat à Bangui. Martial Kénam Aradona, candidat indépendant dans la 1ère circonscription du 5ème arrondissement de Bangui est arrêté et croupi en ce moment dans les locaux de l’Office Central de Répression du Banditisme (OCRB). Le motif de son arrestation n’est pas encore connu. Toutefois, ses partisans parlent d’une affaire politique. Selon son directeur de campagne, le secrétaire du parti au pouvoir Kwa Na Kwa (KNK) Elie Wéfio aurait versé sur le compte du concerné une somme de 17 millions de francs CFA pour qu’il se retire de la course. Une proposition refusée par ce dernier. Il est arrêté pendant qu’il effectuait une opération sur son propre compte en banque.

 


© radiondekeluka
Des urnes lors du dépouillement du premier tour des élections
Josué Binoua, ministre de l’aménagement du territoire déclare que «le code électoral ne prévoit pas l’arrestation d’un candidat à un jour de la fin de la campagne». Par ailleurs, certains candidats indépendants utilisent les logos du parti au pouvoir pour battre campagne tant à Bangui qu’en province à l’exemple de Magloire Kolisso Débalet, candidat indépendant dans le 5ème I. En réponse à cette violation du code électoral, Fulgence Zéneth, coordonnateur de l’Observatoire Nationale des Elections en Centrafrique (ONE) indique «qu’il n’est pas normal qu’un candidat indépendant agisse de la sorte. Dans le cas échéant, le KNK doit se montrer en parti responsable pour prendre de mesures appropriées interdisant une telle pratique». Les consultations populaires en Centrafrique dans ces circonscriptions ont été annulées par la Cour Constitutionnelle. Celles du 4 septembre se dérouleront sans l’opposition. Constituée dans le Front pour l’Annulation des Elections (FARE-2011) et retirée de la course, l’opposition opte toujours pour l’annulation pure et simple de ces scrutins. Elle y avait dénoncé de fraudes massives.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués