SOCIéTé  |    

Centrafrique: Limogeage du Recteur de l’Université de Bangui

Par Fleury Koursany - 29/08/2011

Bobossi Serengbe vient de perdre son poste de Recteur de l’université de Bangui. Les raisons demeurent inconnues!

 

Par décret du Président de la République Centrafricaine en date du 27 aout 2011, le Recteur de l’Université de Bangui, Gustave Bobossi Serengbe vient d’être limogé de son poste. Les véritables raisons de ce brusque limogeage ne sont pas contenues dans le décret mais vraisemblablement, les séries de grève des enseignants puis des étudiants qui paralysent depuis un mois l’Université de Bangui n’y sont pas étrangères. Les enseignants du supérieur qui revendiquent la prise en charge effective du décret no 06.156 du 10 mai 2006 qui porte dispositions particulières sont depuis un mois en grève et toutes les tentatives de négociations entreprises aussi bien par le gouvernement que la Médiation n’ont produit de résultats. Les enseignants du supérieur qui attendent de vaines propositions concrètes de la part des autorités centrafricaines campent sur leur position. Dépassés par la tournure prise par les événements, les responsables de l’ANECA ont solennellement demandé à la médiation d’entrer en action pour concilier les deux parties. La rencontre du Médiateur de la République et les responsables du Syndicat national des enseignants du supérieur a accouché d’une souris.

 


© journaldebangui.com
Le Rectorat de l'université de Bangui
L’ombre de la grève estudiantine
Une autre raison qui justifierait le limogeage du Recteur de l’Université de Bangui tiendrait de la grève des étudiants de l’Université de Bangui qui revendiquaient la tête du Directeur général des bourses et stages. Des mauvaises langues avaient attribués au Recteur sortant de l’Université de Bangui, la responsabilité morale de cette grève. Le recteur sortant étant considéré comme celui-là qui aurait tiré sur les ficelles pour faire sortir les étudiants dans la rue avec les conséquences que l’on connait. La grève perdure et dans un communiqué de presse rendu public le 22 août 2011 par le ministre en charge de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le gouvernement qui reconnait la légitimité des revendications des enseignants du supérieur a exigé que ceux-ci reprennent sans délai les cours. Les enseignants du supérieur avaient qualifié cet appel de coup d’épée dans l’eau, une stratégie du gouvernement tendant à détourner l’attention sur le vrai problème posé.Un enseignant du supérieur contacté après le limogeage du recteur de l’Université de Bangui déclare que ‘‘cela témoigne du degré de nervosité et d’incapacité des responsables politiques centrafricains qui pensent que c’est en coupant les têtes qu’ils arriveront à faire peur aux enseignants du supérieur afin qu’ils reprennent les enseignements mais ce serait peine perdue si cela devrait perdurer’’. Bref, et en attendant, l’Université de Bangui est dans l’attente du nom du nouveau recteur.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués