NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Elections partielles: Bilan à mi-parcours du CTE

Par Kpangbandjé - 23/08/2011

L’opposition et la majorité présidentielle centrafricaines ne sont pas tout à fait d’accord avec le statut du CTE

 

Le ministre Josué Binoua, président du comité transitoire des élections, un organe chargé d’organiser les élections législatives partielles dans 14 circonscriptions électorales en République centrafricaine, entouré du vice président et du rapporteur dudit comité, a animé une conférence de presse, sis à l’Assemblée nationale à Bangui. Il était question de faire un compte rendu à mi-parcours des activités de ce comité qui a été mis en place le 18 août 2011 pour un délai de 25 jours. Programmées pour le 4 septembre 2011, les élections législatives partielles en République centrafricaine font d’ores et déjà l’objet d’un malentendu au sein de la classe politique centrafricaine. L’opposition démocratique réunie au sein du FARE 2011, a attaqué l’arrêté portant sur la liste des membres du comité transitoire des élections et du calendrier des campagnes et de l’organisation des élections partielles, devant le Tribunal administratif afin d’annuler la tenue desdites élections partielles. Au même moment, la majorité présidentielle a tiré la sonnette d’alarme.

 


Où en est-on avec ?
Dans ses propos liminaires, M. Binoua a rappelé que le CTE est né selon le Code électoral. Il a donné quelles que dates relatives à l’organisation des élections partielles dans les 14 circonscriptions électorales du pays. D’après lui, les matériels pour la tenue du scrutin entre autres l’encre, les urnes, les bulletins de vote, les récépissés, les isoloirs, les feuilles, les craies, les écritoires, etc. sont disponibles et n’attendent que la date du scrutin, c'est-à-dire le 4 septembre 2011. Il a poursuivi que le gouvernement centrafricain a financé ces élections partielles à hauteur de 140.000.000 Fcfa, mais les partenaires de la République centrafricaine ont intervenu via une aide technique, notamment le PNUD. Des carnets de 50 bulletins sont édités et numérotés au Cameroun.

Concernant la polémique sur la question de la mise en place du CTE par l’opposition réunie au sein de la plate forme FARE 2011 et la majorité présidentielle, M. Binoua s’est dit indigné du fait que le FARE qui réclame la reprise des élections de 2011, ne soit pas content de la reprise de ces élections dans 14 circonscriptions électorales du pays pour pouvoir porter cette affaire en justice. Il a poursuivi en disant que dans le cas où le Tribunal rend son verdict, le comité ne pourra que s’y plier. Les élections groupées de 2011 étaient déjà désignées comme «sujettes à caution» par l’Union européenne.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués