ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafrique: Les chenilles envahissent la ville de Bangui

Par Fleury Koursany - 22/08/2011

C’est d’ailleurs la saison de chenilles qui alimentent les casseroles banguissoises au grand bonheur des banguissois

 

Depuis un mois environ, les principaux marchés de la Capitale centrafricaine sont inondés par les chenilles. C’est d’ailleurs la saison de chenilles qui alimentent les casseroles banguissoises au grand bonheur des banguissois. Du marché Mamadou Mbaiki au KM 5 en passant par les marchés Miskine, Combattant, Gobongo, Yassimandji pour ne citer que ceux la, les chenilles, cette denrée saisonnière cartonne sur les marchés. Avec comme effet immédiat, un certain ralentissement des affaires pour les bouchers et autres vendeurs de poissons frais ou fumé.

Jules est gérant d’une boucherie au KM5. Interrogé sur ce que cela produit comme impact sur les affaires, l’arrivée sur le marché des chenilles, affirme pour sa part que depuis le mois de juillet ou les chenilles ont inondé le marché, les choses ne marchent pas vraiment comme avant. Les centrafricains préférant pour le moment cette denrée très prisée au détriment de la viande de bœufs. Ce dernier ajoute même que les femmes qui viennent au marché se moquent d’eux en leur disant qu’ils n’ont qu’à attendre que les chenilles fraiches disparaissent du marché pour leur proposer la viande de bœufs.

 


© oubangui.wordpress.com
Les chenilles séchées sur des étals
Le bonheur des uns faisant le malheur des autres, au KM 5, aux marchés Miskine et Combattant par exemple, ce sont les automobilistes et autres usagers des avenues qui subissent les contre coups de ce commerce de chenilles. Aux abords des avenues, les vendeuses de chenilles rendent la circulation tout à fait difficile provoquant ainsi, de l’embouteillage et autres bouchons. Urbain est chauffeur de taxi et face aux tracasseries interminables du KM 5 plaide pour une action urgente de la Municipalité de Bangui aux fins de réglementer la situation afin d’alléger un peu la souffrance des usagers des voies publiques.

Mais du coté des vendeuses de chenilles, on fait comprendre qu’il n’y a pas de place à elles affrétée par la Municipalité à telle enseigne qu’elles se contentent des abords des avenues pour écouler leurs produits. En plus, une vendeuse du nom de Géraldine, élève en classe de seconde au Lycée de Fatima soutient pour sa part que c’est aux abords des avenues que le commerce des chenilles est des plus florissants. Qui ira dans le marché pour te rendre visite avec tes chenilles de peur de se faire voler par les délinquants qui pullulent le KM 5 s’est elle interrogée avant d’ajouter que même les conducteurs de taxis et autres usagers de la route profitent de l’embouteillage pour se procurer très vite leur chenille dans le sachet avant de disparaître. Ainsi va la vie en Centrafrique et aux abords des marchés Mamadou Mbaiki au KM5, Miskine, Combattant et Yassimandji en cette saison des chenilles.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués