INTERVIEW  |    

Mme Irène Kagama: «La clé de mon succès n’est rien d’autre que le travail»

Par Fleury Koursany - 22/08/2011

Elle est la Directrice commerciale de la Société de distribution des eaux en Centrafrique - SODECA

 

Directrice commerciale de la SODECA, c’est un long parcours?
Oui bien sur. A la SODECA, j’ai commencé comme agente d’accueil lors de mon recrutement. Et après, je suis passée cheffe de la section communication puis cheffe de section administration avant d’être mutée au service du recouvrement à la direction commerciale pour être chef de service recouvrement. C’est après mon succès au sein dudit service que je suis passée Directrice commerciale il y a de cela deux ans.

Quelle a été la clé de votre ascension?
La principale clé de mon succès n’est rien d’autre que le travail. J’ai toujours travaillé dur et correctement, ce qui a donné satisfaction à mes supérieurs hiérarchiques. En ce qui concerne le volet recouvrement, je l’ai toujours fais dans les règles de l’art. C’est pour cette raison que mes supérieurs ont jugé mieux me faire passer comme Directrice commerciale.

En tant que Directrice à la SODECA, comment arrivez vous à concilier le travail et votre rôle de femme au foyer?
De toutes les façons, pour mon mari, cela lui fait plaisir que j’occupe ce poste aujourd’hui, c’est aussi son honneur si bien qu’il me comprend et m’aide dans ce sens. Avant de venir au travail, je donne des directives. Quand je rentre, je reprends ce travail domestique, je m’occupe de tout, de mon mari, de mon enfant, de la maison, c’est ainsi que j’arrive à tout concilier.

 


© journaldebangui.com
Mme Irène Kagama, la Directrice Commerciale de la SODECA
Quand on a un tel poste, comment gère-t-on les pressions?
Elles ne manquent pas. Moi personnellement, j’aime travailler dans une telle ambiance parce que cela me pousse à réfléchir, à beaucoup travailler. S’il n y a pas de pression, il ne peut avoir d’efforts. La pression vient surtout des hommes qui veulent toujours sous-estimer les femmes. Par rapport à la fonction que j’occupe, des fois si un cas de coupure ou un problème survient, le client qui rentre dans mon bureau se trouve en face d’une femme. La plupart du temps, il est tout furieux mais on fini toujours par aboutir à un terrain d’entente. Moi personnellement, je préfère travailler sous pression puisque cela me motive et me donne beaucoup de courage.

Faites vous partie de celles qui plaident pour une faveur des hommes quant à la promotion des femmes?
En tant que femme de terrain, je suis avec les femmes qui se battent pour arracher leur liberté parce que si je n’étais pas une battante, je ne pouvais pas arriver à ce niveau et occuper le poste de Directrice commerciale de la SODECA. Battante en ce sens que je ne me suis pas laissée abattre. Pendant mes études, j’ai toujours été aux cotés des hommes en train de travailler. Ce qui m’a permis d’être toujours parmi les meilleures. Quand j’ai été recrutée à la SODECA, je vous ai dit que je suis passée comme agente d’accueil malgré mes diplômes. Je me suis battue, j’ai travaillé et j’ai fait mes preuves dans tous les services ou j’ai servi avant de devenir ce que je suis aujourd’hui.

Madame, quel est le magazine qui alimente votre quotidien de femme?
Par rapport à mes occupations, de temps en temps, je lis AMINA, parce que dedans, on trouve des femmes d’Afrique de l’Ouest qui donnent leurs points de vue, leur vision sur un certain nombre de problèmes spécifiques à la femme. Elles partagent aussi leurs expériences et retracent des fois leurs parcours en tant que femme dans leur société. Pour ainsi dire que c’est à nous femmes africaines de nous battre pour nous imposer dans la société.

 


© journaldebangui.com
Un bâtiment de la SODECA à Bangui
Quel vœu formulez vous à l’endroit de vos consœurs ou des jeunes filles centrafricaines qui pensent pour certaines que la place de la femme ne se trouve qu’au foyer?
Le message à lancer en direction des jeunes filles encore sur les bancs de l’école est le suivant. Il faudrait qu’elles prennent leur avenir en main en s’accrochant car il n’y a pas de miracles pour devenir responsable dans la société, dans une institution ou même devenir ministre. Ce travail là commence à l’école. Il faut d’abord aimer ce qu’on fait et avoir un objectif dans la vie. Dire que l’on est aussi capable de faire ce que les hommes sont en train de faire. Pour cela, il faut toujours être aux cotés des hommes, travailler avec eux. Cependant, il faut reconnaitre que la plupart des filles d’aujourd’hui, si elles arrivent à un certain niveau ou l’âge de puberté, elles se contentent seulement de trouver un petit ami et pensent que leur vie s’arrêtent à ce niveau. Cela n’est pas vrai, on peut avoir un petit ami, cela ne se refuse pas mais, il faut continuer de travailler dur à l’école et tout mettre en œuvre pour atteindre son objectif. Eviter de tomber sous le charme de son petit ami dont bon nombre, après quelques mois de relation avec une fille, demande à celle là de tomber enceinte. Quand on commence à faire des enfants, on sera absorbé par les problèmes de l’enfant et on ne se donnera plus pour les études. Dans mon cas, j’avais ignoré cette situation lorsque j’étais sur les bancs de l’école en me disant que je ne peux continuer à être élevée par mes parents et ne pas leur apporter une autre charge qui est celle de mon enfant. Je préfère prendre en charge moi-même les besoins de mon enfant. Donc, si vœu il y a à formuler, c’est de demander aux jeunes filles de s’accrocher dans leurs études pour devenir des futures responsables dans ce pays.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués