SOCIéTé  |    

L’appel du Pr. Gaston Ngerekatta après la grève des enseignants du supérieur

Par Fleury Koursany - 16/08/2011

«Je suis persuadé qu’en réduisant le train de vie de l’Etat, (…) nous pourrions aisément satisfaire les revendications légitimes des enseignants et des étudiants»

 

La vacance universitaire du fait des séries de grèves déclenchées sur le campus universitaire en République Centrafricaine interpellent les compatriotes. A l’extrême bout du monde et précisément aux Etats-Unis, un compatriote centrafricain, Gaston N’Guérékata, Professeur des Universités et Membre de l’Académie Africaine des Sciences, dans une sorte de contribution entend demander au gouvernement centrafricain de sauver l’année scolaire en cours de peur d’une année blanche. Dans sa contribution publiée dans les colonnes de certains journaux centrafricains, le Professeur Gaston N’Guérékata demande au gouvernement centrafricain de dialoguer avec les enseignants du supérieur et organisation estudiantine afin de trouver une réponse à leurs revendications qu’il considère comme légitimes.

 


© bueaconference.com
Le Pr. Gaston N’Guérékata
Pour ce compatriote, une année blanche serait dramatique pour la jeunesse et la nation centrafricaines. Je suis persuadé qu’en réduisant le train de vie de l’Etat (moins de voyages officiels à l'extérieur; Gouvernement plus ramassé avec moins de Ministères; moins de fonds politiques, d’achats d’armes de guerre, et une meilleure gestion de l’argent public), nous pourrions aisément satisfaire les revendications légitimes des enseignants et des étudiants, et bâtir une Université digne de ce nom, où il fait bon étudier; et qui supporte la comparaison avec les universités étrangères. Reconnaissant au passage que les enseignants de l’Université de Bangui ont les salaires les moins élevés et les conditions de travail les moins enviées de toute l’Afrique Centrale, cela a pour conséquence, l’exode des cerveaux. Ce qui selon Gaston N’Guérékata, s'il n'est pas freiné par l'amélioration des conditions de travail, deviendra un handicap qui affectera durablement le développement du pays.

Reste à voir si le gouvernement centrafricain aura une oreille attentive aux sollicitations de ce compatriote d’autant plus que la chanson qui n’a cessé de fredonner depuis ces derniers temps est celui selon laquelle, les caisses de l’Etat sont vides.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Gaston Ngerekatta
  • Professeur titulaire et Ancien Recteur a.i. de l’Université de Bangui
  • Professeur des Universités et Membre de l’Académie Africaine des Sciences
  • Morgan State University
  • Baltimore, Maryland, Etats-Unis d’Amérique

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués