SOCIéTé  |    

Centrafrique: Les étudiants de l’Université de Bangui entrent en action

Par Fleury Koursany - 01/08/2011

C’est au tour des étudiants de sortir des amphis comme convenu lors de l’Assemblée générale de l’Association nationale des étudiants centrafricains (ANECA)

 

L’objectif des étudiants centrafricains, c’est de protester contre la suspension des travaux de la Commission nationale d’attribution des bourses du fait du Directeur général des bourses et stages qui a unilatéralement enlevé 40 noms d’étudiants remplacés par ceux de son institut. Un préavis de grève a été déposé sur la table du gouvernement à cet effet avec comme principale revendication, le limogeage de l’actuel Directeur des bourses et stages. N’ayant reçu satisfaction à ce jour, les étudiants ont investi la principale avenue des Martyrs et ont fait brûler des pneus. A l’intersection des Avenues de France et des Martyrs, des pneus ont été brûlés aux quatre coins desdites avenues contraignant ainsi les véhicules et motocyclistes à changer d’itinéraire, faute de quoi, les jets de pierre peuvent endommager leurs voitures et engins.

 


© radiondekeluka
Les flics pour disperser la population
La Gendarmerie, arrivée sur les lieux a dû faire usage des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et autres curieux qui étaient dans les parages. Yann, un jeune étudiant en deuxième année de Lettres modernes, retranché dans un petit restaurant à côté de la FATEB (Faculté Théologique de Bangui) affirme pour sa part que «notre objectif est atteint d’une certaine manière car nous avions convenu de cette action pour faire sortir les policiers et gendarmes dans la rue. Naturellement, ils devront faire usage de leurs gaz lacrymogènes et autres Kalachnikovs pour tirer en l’air afin de nous faire disperser mais notre but fondamental, c’est que par cette action, les autorités qui sont un peu sourdes à nos revendications en sauront davantage et chercheront à entrer en contact avec les étudiants pour voir clair dans cette situation. Et à ce moment là, nous reposerons sur la table nos revendications pour que des solutions rapides nous soient trouvées». Avec cette grève des étudiants de l’Université qui s’ajoute à celle des enseignants du supérieur, l’Université de Bangui est paralysée et Dieu seul sait quand est-ce que des solutions idoines seront apportées par le gouvernement aux préoccupations des étudiants et de leurs enseignants.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués