SOCIéTé  |    

Centrafrique: Formation des maîtres-artisans

Par journaldebangui.com, acap - 31/07/2011

Ils sont chargés de l’encadrement des jeunes désœuvrés et déscolarisés

 

Le Directeur général de l’ACFPE a précisé que l’objectif principal de cette formation est de mettre en exergue la capacité des artisans centrafricains à offrir une formation par apprentissage efficiente aux jeunes déscolarisés et désœuvrés en vue de leur réinsertion socioprofessionnelle. Il a rappelé que le 17ème sommet de l’Union Africaine tenu à Malabo en Guinée Equatoriale les 30 juin et 1er juillet derniers avait réservé une place importante à la situation des jeunes et a axé sa réflexion sur «l’accélération de l’autonomisation de la jeunesse en vue du développement durable des pays». Jean Pierre Douzima a constaté que le taux des jeunes déscolarisés et désœuvrés est élevé en République Centrafricaine. Raison pour laquelle, «l’ACFPE a élaboré dans son plan d’action quinquennal 2011-2015 un programme de formation professionnelle par apprentissage destiné à améliorer d’une manière significative les conditions de vie de cette tranche de la population qui constitue près de 60% de la population active».

 


© acap-cf.info
Les apprenants
Ce programme de formation vise l’artisanat de production, la transformation, la fabrication, la réparation et le commerce. De ce fait, les jeunes déscolarisés et désœuvrés seront confiés aux artisans locaux, en vue d’acquérir directement un métier par la pratique. Jean Pierre Douzima a expliqué que la formation proprement dite comporte quatre phases, à savoir: l’observation des gestes et attitudes du maître; l’assimilation des noms des instruments et l’apprentissage de l’usage des outils ; la participation à l’exécution des tâches simples au plus complexes, avec comme finalité la réalisation des objets finis; enfin l’apprentissage qui libère. Les huit arrondissements de Bangui et certaines villes pilotes des provinces comme Mbaïki, Berbérati, Bouar, Bossangoa et Bambari sont concernées par ce programme de formation axé sur la bijouterie, la vannerie, l’électronique, la réparation et l’entretien des radiateurs, le carrelage, le dessin et la peinture, la menuiserie, la soudure, la sculpture sur bois, la savonnerie, etc.

L’étude commanditée par l’ACFPE a permis de recenser 764 artisans et d’établir une cartographie nationale des artisans en prenant en compte les filières porteuses d’emplois.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués