ECONOMIE ET BUSINESS  |    

RCA: Le pays a besoin de trouver 220 milliards pour l’électricité

Par Lucie Nkouka - 27/07/2011

Le secteur électrique figure parmi les plus vétustes du continent

 

Plusieurs mouvements ont secoué ces derniers mois le gouvernement de Bangui. Il y a eu ces émeutes du mois de juin où les populations ont installé des barricades sur certaines artères de la capitale parce qu’ils n’ont toujours pas accès, ni à l’eau potable, ni à l’électricité. Après une légère accalmie, ces dernières semaines, c’est Mme la directrice commerciale qui menace certains de ses agents au regard des prestations effectuées auprès des citoyens qui paient pour des services qui n’existent pas. Elle a indiqué que pour la survie de l’ENERCA, le Conseil d’administration et la direction générale se sont battus auprès des banques pour vendre leur créance, ce qui leur a permis d’avoir des moyens pour l’achat des compteurs. Elle a demandé à ce que chaque personnel se fasse violence en laissant ces mauvaises pratiques. Pourtant! L’on connait exactement les difficultés que rencontre l’entreprise d’Etat. Elle dispose après cinquante années d’indépendance, l’un des secteurs électriques les plus vétustes du continent africain. Quelle stratégie adopter pour apporter des améliorations?

 


© journaldebangui.com
Le site de Boali près de Bangui, où en sont les travaux
Le Plan d’actions prioritaires pour la période 2011-2015, présenté par le gouvernement centrafricain à la table-ronde des bailleurs de fonds du pays, réunis à Bruxelles, prévoit un total de 220 milliards F CFA dans le secteur de l’électricité. C’est la revue spécialisée Africa Intelligence qui fait cette révélation. Selon elle la plus grande partie de ce montant porte sur l’aménagement de barrages sur la rivière Kotto (est), qui a déjà fait l’objet d’études en 1986. Il est prévu l’installation d’un barrage de 45 Mégawatts près de la ville de Kembé (sud-est), proche frontière congolaise.

Le Plan d’Actions Prioritaires souligne également l’aménagement du site de Mongoumba (sud) (24 Megawatts) sur la rivière Lobaye. Tout ceci représente un investissement de 40 milliards F CFA. Et ce n’est que la première étape d’un projet du Pool énergétique d’Afrique Centrale qui a déjà fait l’objet d’une étude de faisabilité économique. Il vise à la construction de trois barrages (Mongoumba et Lotemo), de 24 Megawatts chacun. En outre, un montant de 500 millions F CFA est prévu pour financer les études du barrage de Dimboli (100 Mégawatts) sur la rivière Kadeï (ouest) estimé à 200 milliards F CFA. Enfin, 37 millions F CFA sont prévus par le Plan d’Actions Prioritaires pour étudier l’interconnexion de Zongo, de l’autre côté du fleuve en RDC, à partir de Bangui. Pour cela le concours de la BAD a été sollicité. Celle-ci a promis de doubler le montant de ses engagements durant la période considérée. L’un des espoirs du gouvernement centrafricain est que de nouveaux bailleurs de fonds apparaissent, attirer par le profil minier du pays: à savoir l’Australie, la Russie et le Brésil.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués