SOCIéTé  |    

Centrafrique: Le second tour du Baccalauréat démarre sur fond de contestation

Par Fleury Koursany - 26/07/2011

Le second tour du Baccalauréat toutes séries confondues a commencé ce mardi, 26 juillet 2011 sur toute l’étendue du territoire nationale

 

Alors que les élèves des classes de terminales composent pour le deuxième groupe, les résultats du premier tour rendus publics par la Direction des examens et concours souffrent de contestations de la part des élèves, responsables des établissements et même les parents d’élèves. Pour cette année scolaire, les résultats du Baccalauréat sont des plus catastrophiques avec une corruption généralisée et même réglementée a déclaré le responsable d’un Lycée de Bangui qui ne se reconnaît pas dans les résultats attribués par la Direction des examens et concours aux élèves de son établissement. Le problème a commencé au moment de la composition du premier tour du Baccalauréat avec des élèves ayant composé avec des cahiers d’examens sans code barre. «A l’époque, les responsables de tutelle avaient affirmé qu’ils tiendront compte de cette situation lors des corrections et au final, c’est de la merde» nous confie un Professeur du Lycée des Martyrs dont l’établissement avait connu des problèmes de code barre sur les cahiers de compositions.

 


Le premiers résultats sont contestés en RCA
Un autre professeur à bout de nerfs lâche sans ambages que cette situation est due en partie au «monopole» de Madame le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire qui est en même temps la Directrice des examens et concours. «Elle aurait pu lâcher le morceau à un autre qui soit aussi disponible pour surveiller les épreuves lorsqu’elle avait été nommé ministre de l’Enseignement primaire et secondaire mais, voilà le résultat». Et comme à quelque chose malheur est bon, certains des élèves qui ont «banqué» pour obtenir leur Baccalauréat au premier tour ont déchanté puisqu’ils ne sont déclarés ni admis, ni admissibles. La colère aidant, les langues ont commencé à se délier et certains ont clairement déclarés qu’ils ont dépensé plus de 150.000 FCFA pour le diplôme mais en fin de compte, ils ont été roulés dans la farine. Et pourtant, le ministre en charge de l’Enseignement primaire et secondaire avait mis en place un Comité de lutte contre la corruption qui devait veiller sur le bon déroulement du Baccalauréat 2011 mais au final, ce comité n’a servi visiblement à rien. D’ailleurs, une fille en sanglots devant la Direction des examens et concours nous a même lâché en filigrane qu’elle a «versé 200.000 Fcfa à deux membres de ce Comité de lutte contre la corruption pour obtenir son examen mais ils se sont partagés l’argent la suite, c’est ça mon frère». Le gouvernement a intérêt à rectifier le tir pour ne pas décrédibiliser le Bac centrafricain.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués