SOCIéTé  |    

«Bangui, l'enfer sur terre!»

Par Hamza R. - 08/10/2010

Des commentaires assez douteux des médias algériens circulent sur la Centrafrique, hôte du match du 9 octobre 2010. Extrait du site «www.lebuteur.com»

 

En se rendant à Bangui, on savait qu'on allait être dans un pays tiers-mondiste. Nos recherches sur Internet ont démontré que la République centrafricaine est un des pays les plus pauvres du continent. Cependant, notre surprise fut grande lorsque nous avons atterri à l'aéroport international de Bangui. Nous avons découvert un aéroport pas comme les autres, dans un piteux état. Tenez-vous bien, il n'y a pas la moindre fenêtre pour l'aération et on a failli être asphyxiés. Ajouter à cela une température très élevée, puisqu’à 2h il faisait à Bangui 29 degrés. Néanmoins, c'est hier que nous avons commencé à découvrir la capitale centrafricaine.

Pas d'électricité, pas d'eau minérale
La première chose ayant attiré notre attention, c'est la pauvreté. En effet, le peuple est plus pauvre qu'on le pensait. Deuxième point, c'est le manque d'eau potable. A notre arrivée à l'hôtel, les responsables de cet établissement nous ont recommandé de ne pas boire l'eau du robinet. Mais, pour trouver de d'eau minérale, il faut faire le tour de Bangui. Le troisième problème, c'est l'électricité. Il y a des coupures à répétition. Parfois, on est obligés de rester des heures sans courant électrique, ce qui est vraiment stressant. Avec un tel climat et une si forte chaleur, rester sans électricité veut dire souffrir sans la climatisation. Cette ville est un véritable enfer, mais sur terre. Les Algériens qui songent à voyager à Bangui pour découvrir cette ville sont prévenus. Il est déconseillé de venir ici!

 


© rcamagazine.com
Un hôtel au bord de l'Oubangui
Une seule route goudronnée, celle qui conduit à la présidence
Par ailleurs, toutes les routes de la ville ne sont pas goudronnées à l'exception d'une seule, celle qui conduit au palais présidentiel et au ministère de la Défense nationale. Les autres routes sont toutes en sable, ça rappelle le Sahara algérien. L'on se demande même comment la RCA a été comptée avec les pays tiers-mondistes, alors qu’elle devrait figurer dans une autre catégorie, vu que les conditions de vie sont inexistantes.

A Bangui, on sait que la femme de Ribéry est une Algérienne…
En RCA, on suit le football français et en particulier la Ligue 1. La majorité des jeunes ici sont des fervents supporters de l'OM. D’ailleurs, en causant avec un jeune, ce dernier nous a parlé de Franck Ribéry. Nous lui avons fait savoir que l'épouse de ce joueur est d'origine algérienne. Le gars nous a surpris en répondant: «Oui, je sais que la femme de Ribéry est algérienne.»

… mais on ignore que Zidane est d’origine algérienne
Nous avons par la suite dit à ce jeune que Zinédine Zidane est lui aussi d'origine algérienne. La surprise, la seconde, c'est qu'il ne le savait pas, alors que le monde entier sait que l'ex-Madrilène et champion du monde 1998 a des racines en Algérie.

Les joueurs vont aux entraînements… en stop
Certes, la pauvreté est visible à première vue, mais on ne s'attendait pas que des joueurs internationaux de la République centrafricaine se rendent aux entraînements en «stop». Une réalité qui prouve que les Verts vont affronter un adversaire qui ne dispose d’aucun moyen.

L'hôtel du Centre, une catastrophe
On avait déjà annoncé dans l’une de nos précédentes éditions que les coéquipiers du capitaine Anthar Yahia auront un grand problème, celui de l'hébergement. La Fédération algérienne a fait des pieds et des mains pour trouver un bon hôtel pour mettre les joueurs dans de bonnes conditions afin de préparer la rencontre dans les meilleures conditions. On a même délégué le manager général de l'EN, Abdelhafid Tasfaout, à Bangui pour essayer de trouver un hôtel convenable. Finalement, le choix de Tasfaout s'est porté sur l'hôtel du Centre, l'ex-Novotel, situé au centre-ville de la capitale. Seulement, cet hôtel n'offre aucun moyen de repos, ce qui pourrait jouer un vilain tour aux Verts. Ce n'est pas pour critiquer le choix de Tasfaout qui a fait avec ce qu'il y avait sur place, puisque l'hôtel Sofitel est actuellement en réfection, alors que l'hôtel Azimut qui a une bonne réputation est situé juste à côté du stade et pourrait déstabiliser l'équipe.

 


© rcamagazine.com
Un festival de mesure se prépare
Les chambres dégagent une odeur insupportable
Les chambres de cet hôtel sont trop exiguës et pourront mettre les joueurs mal à l'aise, surtout que la majorité de l'actuelle composante de l'EN n'est pas habituée à de telles conditions. Outre leur exiguïté, les chambres de l'hôtel du Centre dégagent une odeur insupportable. L'on se demande d'ailleurs comment les joueurs pourront y passer leur séjour. Une situation assez embarrassante qui n'a pas été vécue auparavant par les Abdoun, Boudebouz et autres… En effet, Anthar Yahia, Bougherra ou Belhadj ont déjà vécu ça en Afrique noire. La dernière mésaventure était à Monrovia, au Liberia, lors du dernier match du deuxième tour des éliminatoires jumelées pour la CAN et la CM 2010.

Les joueurs de la RCA se plaignent aussi de l'hôtel
Les joueurs de la République centrafricaine se plaignent aussi de ce problème d'hôtel. En regroupement depuis trois jours, la RCA a élu domicile à l'hôtel Oubangui, l'ex-Sofitel. Seulement, cet hôtel est actuellement en réfection, ce qui a mis les joueurs dans une colère noire. Mais avec le manque de moyens, ils sont dans l'obligation de continuer à travailler dans ces conditions déplorables.

La pelouse catastrophique
La pelouse du stade Barthelemy Bonganda n'a rien d’impeccable. Durant les quelques minutes que nous avons passées à l’ntérieur du stade, au moment de l'entraînement de la RCA, avant d'être exclus du stade, nous avons constaté qu'il y avait trop de rebonds sur cette pelouse. Les joueurs sont donc avertis, ils doivent faire très attention.

Les tickets entre 2000 CFA et 3000 CFA
Les tickets d'accès au stade pour le match de dimanche seront vendus officiellement le jour de la rencontre. Les organisateurs ont préféré agir de la sorte pour éviter les dérapages. Selon une source autorisée auprès de la fédération locale, le prix des billets d'accès au stade varient entre 2000 et 3000 CFA.

Même dans l'avion, on parle de Benchikha
De Tripoli à Bangui, nous avons effectué le voyage à bord d’un appareil de la compagnie libyenne, Al Afriqiya. Un steward d'origine tunisienne est venu vers nous après avoir su notre nationalité pour nous parler du nouveau sélectionneur algérien, Abdelhak Benchikha. La coïncidence a voulu que ce steward soit le frère d'un joueur du Club Africain que Benchikha avait recruté de la formation AS Al Marsa, Al Mouihbi en l'occurrence. Ce steward n'a dit que du bien du coach algérien
 
MOTS CLES :  Algérie   Centrafrique   Sport   Football 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Accepter la critique.

Par vado

29/09/2012 19:02

Au fait si on accepte un peu la critique c'est pour le bien de notre beau pays la République Centrafricaine et peut être nous pouvons faire plus que aujourd'hui.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués