INTERVIEW  |    

Centrafrique: Sabone Didace dresse le bilan positif de son mandat

Par Sébastien Lamba - 28/06/2011

Le Président de la Fédération Centrafricaine de handball sortant ne désire plus se présenter la l’Assemblée élective du Bureau exécutif qui a lieu ce 28 juin à Bangui. Interview!

 

Dans quel état vous avez trouvé le Handball Centrafricain, lorsque vous avez été élu à la tête de la Fédération?
Juillet 2003, nous avons trouvé le handball centrafricain dans un état "Comateux": Il n'y avait plus de ligue donc plus de compétitions de handball dans le pays; Il ne restait qu’environ une centaine de pratiquants de handball dans le pays, dont la moyenne d'âge était de 35 à 40 ans; le handball centrafricain avait disparu des compétitions internationales depuis plusieurs années: plus de 25 ans chez les messieurs et plus de 35 ans pour le handball féminin; la RCA était classée au 50ème rang du handball africain. Bref, il n'y avait pratiquement plus d'activités de hand dans le pays, c'était la léthargie absolue et la Fédération Centrafricaine de Handball n'existait que de nom. Telle est résumée la situation accablante du Handball centrafricain que nous retrouvé en 2003 quand nous avons accédé à la tête de ladite fédération.
 
Quelle réformes avez-vous apporté à la Fédération durant votre mandat?
Durant nos deux mandats soit huit années au totales, nous avons mené de nombreuses réformes pour la refondation du handball centrafricain avec en priorité, le rajeunissement du handball centrafricain avec la politique basée essentiellement sur la "formation et compétitions des jeunes" dans le projet intitulé "Le Pepi-Hand" (les pépinières du handball) focalisé sur les jeunes des moins 17 ans. Sous impulsion de la fédération plusieurs écoles et clubs de handball ont créées dans les quartiers et arrondissement de Bangui et dans les grandes villes du pays. Puis, il y a le championnat des jeunes des catégories benjamines, minimes, cadettes et juniors a été institué dans le pays. Cette politique a permis de recruter environ plus de 15.000 nouveaux pratiquants de handball dans le pays dont la moyenne d'âge est désormais de 17 à 19 ans. Cette politique a bénéficiée surtout de l'appui technique de la Coopération Française basée à Bangui qui a été séduite par l'engouement des jeunes pour cette discipline. L'appui de la Coopération française portait sur les équipements sportifs et financiers par la construction des deux plateformes sportives, une au quartier des "92 Logements" et la seconde au sein du Campus de l'Université de Bangui: Les formations des officiels techniques à travers le pays: arbitres et entraîneurs. Le renforcement et la régularité des compétitions de Handball dans toutes les catégories et sur l'ensemble du territoire: championnat et coupe nationale.

 


© journaldebangui.com
Didace Sabone, le président de la Fédé de Handball
Pourquoi vous avez initié le Festi-hand?
Le Festi'hand est une compétition qui se déroule annuellement où se disputent les finales afin de clôturer le championnat national. Il a été créer pour faire durant plusieurs jours (3 à une semaine en générale), une sorte de portes ouvertes pour promouvoir et valoriser la pratique de cette discipline auprès du public (surtout es jeunes), les sponsors, la presse sportive et les pouvoirs public. La médiatisation du Festi'hand est telle qu'il est devenu populaire et le nombre de public est croissant chaque année d’environ 7.000 à 10.000 spectateurs en moyenne ces quatre dernières année contre 1.000 à 2.500 spectateurs en 2006 et 2007.
 
De la première à la sixième édition, quelle édition a retenu vous attention?
Chaque édition a sa particularité et son charme. Je me souviens que: Les deux premières éditions en 2006 et 2077 avaient vu la présence de la marraine du Festi'hand qui est Bertille Betare (Internationale Franco Centrafricaine de l'équipe de France de handball) qui venait pour la première fois en RCA à cause du Festi'hand, la 1ère dames Monique Bozize était venue sous une pluie battante, Puis la ville M'Baiki a accueilli les compétions de province suivi d'une visite dans les villages des Pygmées Akka. En 2008, la 3ème édition a eu lieu à Bamabri sous l'impulsion du Préfet de la Ouaka le Général André Mazi. Elle a vu une foule immense au stade municipal de Bamabri, estimée à près de 5.000 spectateurs, avec la participation d'une quinzaine des groupes de danses traditionnelle de la région. Le Gouvernement a même dépêché sur place le Ministre Résident à se rendre à Bamabri pour les finales de ce Festi'hand vu l'engouement des populations. Six sélections des filles et garçons des trois préfectures étaient présentes: Ouaka, M'bomou et Nana-Gribizi.
 
En 2009, la 4ème édition à Kaga-Bandoro, en pleine négociation de la paix, le Festi'hand s'était déroulé alors que nombreux rebelles sont sortis de la brousse pour venir assister aux rencontres. Puis l'équipe fédérale s'était rendu au Camp du Chef Rebelle qui nous reçu avec la presse. Nous avons discuté sur la contribution etle rôle du sport et de l'olympisme dans consolidation de la Paix dans les zones de conflit en RCA. Nous leur avons fait des dons des ballons et équipements sportifs. Une campagne de dépistage volontaire au VIH/SIDA a été organisé dans le cadre de ce Festi'hand et le résultat était très spectaculaire plus de trois 3.000 personnes se sont fait dépister en cinq jours. C'est du jamais vu dans cette région, d'après le Médecin Chef de cette Région Sanitaire.
 
On sait qu'en Centrafrique, il n'y pas de sponsor, mais comment avez-vous fait pour maintenir cette fédération à flots?
C'est surtout par la volonté et la détermination collective des membres du bureau fédéral qui ne lâchent rien et ne se décourage jamais pour faire fonctionner cette fédération. Les membres sont toujours à la recherche des sponsors. C'est aussi grâce à nos relations personnelles avec certains dirigeants de certaines sociétés de la place qui finissent parfois par nous donner des coups de main. Trop souvent, nous mettons nous même la main dans nos propres poches pour faire tourner la fédération parce que le handball c'est notre passion. Les activités de hand aussi par leur médiatisation systématique les presses sportives privée et publique arrivent à forcer l'estime des pouvoirs publics et certaines sociétés qui nous viennent de temps en temps en aide matérielle et financière. Mais, il faut reconnaître c'est très pénible ce problème de sponsoring des activités du handball.

 


© journaldebangui.com
Pourquoi vous ne voulez pas vous présenter pour un 3ème mandat consécutif, à la prochaine Assemblée générale Elective?
Pour nous c'est une question de principe, il faut favoriser l'alternance. Nous avons estimé que 8 ans c'est trop et nous avons fait notre temps. Il faut passer la main et ne pas s'éterniser. Deux mandats c'est suffisant.

Votre conscience vous reproche quelques choses?
Non, pour qu'elle raison? Au contraire, nous quittons volontairement et librement la présidence de la Fédération la tête haute et avec surtout le sentiment du devoir accompli en deux mandats, donc nous n’avons rien à nous reprocher.
 
Quel est le bilan de votre mandat?
Un bilan globalement très positif dont voici les réalisations majeures: depuis que la Fédération a été crée il y a 50 ans, la RCA a pu participer à une phase finale d'une Coupe d'Afrique des Nations de Handball, avec les juniors garçons en Août 2010 à Libreville au Gabon. Les jeunes fauves ont à la surprise générale atteint le stade des quarts de finale. C'était une très grosse performance pour la RCA, quand on sait les conditions extrêmes difficiles dans lesquelles évoluent le Handball Centrafricain et les conditions de préparation de ces jeunes fauves. La RCA était désignée la révélation de cette 17ème Can. Grâce à cet exploit des fauves juniors de handball à cette Can, le handball centrafricain a fait un bond spectaculaire dans le classement africain passant du 50ème rang sur 53 pays au 8ème rang désormais. Ça fait la fierté de la RCA. C'est le fruit de tous les efforts et énergies déployés par la Fédé durant ces huit dernières années pour la refondation et la redynamiser du Handball centrafricain. L'organisation en mai 2009 au Complexe sportif B. Boganda, du «Challenge Trophy» des juniors de handball de la zone IV, avec la participation des six nations de l'Afrique Centrale. C'est la première fois, qu'un tournoi international de handball est organisé sur le sol centrafricain regroupant plusieurs Nations. La RCA avait remporté devant son public la médaille d'Argent, synonyme du titre de Vice-champion d'Afrique Centrale en Handball des juniors et ceci après une longue période d'absence. Selon, la Fédération Internationale de Handball(IHF) le public était estimé à 48.000 spectateurs sur l'ensemble du tournoi: le retour enfin du handball féminin centrafricain sur la scène internationale avec la participation en mai 2010 des fauves juniors filles de handball à Kinshasa eu RDC après 36 ans d'absence; la RCA a enfin deux arbitres internationaux de Handball en juin 2008 pour la première dans notre histoire. Ils ont à ce jour déjà officiés plus d'une dizaine des compétions internationales; mise en place des 14 ligues dont une à Bangui; Organisation de sixième éditions du Festi'hand.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués