NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Trois journalistes d’investigation russes assassinés en Centrafrique

Par journaldebangui.com - 02/08/2018

Les corps des trois hommes ont été retrouvés dans le centre du pays, en proie à des violences depuis des années.

 

Trois Russes porteurs de cartes de presse ont été assassinés dans la nuit de lundi à mardi 31 juillet près de Sibut, dans le centre de la Centrafrique, ont déclaré des sources centrafricaines et les autorités russes.

 


© ouest-france.fr
« Selon des informations reçues de la République centrafricaine, le 30 juillet, non loin de la ville de Sibut [à 300 km au nord de la capitale, Bangui] trois personnes ont été tuées qui portaient des cartes de presse émises aux noms de Kirill Radtchenko, Alexandre Rastorgouïev et Orkhan Djemal », a déclaré le ministère des affaires étrangères russe dans un communiqué.
« Leurs corps sont déjà parvenus à Bangui », selon cette même déclaration.
Alexandre Rastorgouïev et Orkhan Djemal étaient tous deux des professionnels reconnus dans leur domaine. Le premier, âgé de 47 ans, documentariste exerçant principalement pour le cinéma, avait notamment travaillé en Tchétchénie, et réalisé en 2014 le film « Srok » (Le Mandat) sur l’opposition russe.
Orkhan Djemal, 51 ans, était un reporter de guerre confirmé, qui avait travaillé pour la plupart des médias indépendants de Russie, dont la Novaïa Gazeta, en Afghanistan, dans le Caucase ou encore dans le Donbass. Il avait été blessé en Libye en 2011. Kirill Radtchenko était cameraman.
Une enquête sur le groupe Wagner
Le site d’informations en ligne russe Investigation Control Centre (TsUR) a indiqué dans un message publié sur Facebook que les trois journalistes avaient été envoyés en Centrafrique pour enquêter sur les activités du groupe Wagner, une organisation de sécurité privée russe connue pour avoirenvoyé des mercenaires combattre en Ukraine et en Syrie pour le compte du Kremlin.
TsUR, qui a publié de nombreuses enquêtes sur la corruption dans l’entourage de Vladimir Poutine, est financé par Mikhaïl Khodorkovski, un ancien magnat du pétrole devenu l’un des plus grands détracteurs président russe.
« L’ambassade de Russie en Centrafrique n’a malheureusement pas été informée de la présence de journalistes russes dans le pays », regrette le communiqué, ajoutant que Moscou entend « déterminer les circonstances exactes de la mort des citoyens russes et organiser le retour de leurs corps dans leur pays ».
Les autorités fédérales russes ont ouvert une enquête criminelle sur ces meurtres survenus dans un pays en proie à l’anarchie depuis plusieurs années.
Les trois hommes morts « ont été retrouvés à 23 km de Sibut, ils ont été assassinés par des hommes armés non identifiés », avait déclaré auparavant une source judiciaire centrafricaine, ajoutant qu’ils auraient été tués à un barrage dressé sur une route. Leur chauffeur est porté disparu, selon des sources concordantes.
« Ils rentraient de Kaga Bandoro (Nord) par la route », selon une source à Sibut.
Influence russe en Centrafrique
Depuis le début de 2018, la Russie a déployé des formateurs militaires à Bangui, a livré des armes à l’armée nationale et assure la sécurité du président Faustin-Archange Touadéra, dont le conseiller à la sécurité est un Russe.
En décembre 2017, la Russie a livré un important stock d’armes, incluant des armes de poing, des fusils d’assaut, des mitrailleuses et des lance-roquettes. La Russie a également obtenu l’autorisation de l’ONU pour dispenser une formation militaire à deux bataillons – environ 1 300 hommes – de l’armée centrafricaine.
Officiellement, le programme russe vise à renforcer une armée en grande difficulté dans un pays où la majeure partie du territoire est contrôlée par des groupes armés. Mais par cette mission, Moscou vise également à renforcer son influence dans un Etat stratégique, riche en ressources telles que les diamants, l’or, l’uranium et le bois.
La Russie a vainement tenté d’organiser au début de juillet une rencontre entre le gouvernement centrafricain et des groupes armés dans la capitale soudanaise, Khartoum.

 

 
MOTS CLES :  Kirill   Radtchenko,   Alexandre   Rastorgouïev,   Orkhan   Djemal,   Journalistes   Russes 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués