CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

Centrafrique: La fête de la musique n’a pas été célébrée à Bangui

Par Radio Ndeke Luka - 23/06/2011

Le ministre des arts et de la culture a demandé un report des manifestations, le temps de trouver l’argent nécessaire à leur financement

 

L’année dernière déjà, les musiciens s’étaient résolus à assurer un service minimum gratuit, pour les mêmes raisons que celles avancées cette année encore. Cette année, pas d’argent, pas de fête! Heureusement, pour sauver la mise et permettre aux mélomanes banguissois de vibrer, l’Alliance française a organisé une caravane à travers les artères de la ville suivie d’un concert. La mairie de son côté tenait concert dans le Jardin du Cinquantenaire. Mais ces deux manifestations ne doivent pas d’après la Radio Ndéké Luka être l’arbre qui cache la forêt. Elles illustrent au contraire une partie infime des difficultés que rencontrent les musiciens en RCA. Depuis longtemps, la musique et les musiciens souffrent de nombreux maux. Chaque année, ils touchent un peu plus le fond, malgré quelques éclaircies venues des artistes musiciens qui ont réussi à s’exiler en France ou ailleurs. La raison principale de cette situation est l'absence d'une politique culturelle.

 


© radiondekeluka
Des jeunes sur la scène du grand café à Bangui
Les pionniers de la musique centrafricaine moderne doivent se retourner dans leur tombe. On peut citer: Jean-Marc Lesoi, Jean Magalet, Dominique Eboma, Prosper Mayele, Bekpa, et Jimmy Zakari surnommé Jimmy de l'hawaïenne par les zaïrois. Ces figures ont participé à la création de la rumba congolo-zaïroise compte tenu du fait que Jimmy Zakari avait évolué tantôt à Brazzaville et tantôt à Kinshasa où il fut le professeur de guitare du célèbre musicien zaïrois Franco Luambo. Paulo Kamba(Congo), Jimmy Zakari (Centrafrique) et Wendo (Zaïre) sont les précurseurs de la rumba congolo-zaïroise. Le manque de moyens de production et de promotion a mis sous silence la musique centrafricaine. A l'intérieur du pays, les groupes se forment et disparaissent par manque de structuration et de soutien. Quelques orchestres populaires agrémentent les soirées banguissoises dans les principaux dancings de la place: Musiki, Canon Stars, Super Stars, Commando Jazz, Tropical Fiesta et les Zokela...

Les difficultés rencontrées par les artistes ont contraint certains à l'exil où ils trouvent une occasion de faire connaître leur musique à l'étranger. C'est ainsi qu'on trouve à Paris les chanteurs comme Charlie Perrière, Sultan Zembellat, Laskin Ngomateke, Baba By-Gao, Léa Lignanzi, Léonie Kangala, Frédéric Kangala, Delmas Kelou et Judes Bondeze qui se produisent en concert et en disque. La musique moderne centrafricaine véhicule le sango qui est la langue nationale et officielle parlée par toute la population. Si la musique moderne centrafricaine fait figure de parent pauvre, elle est cependant une richesse inexploitée de nos jours. Son rayonnement mondial - ce qui se fait suffisamment déjà bien avec la musique polyphonique des Pygmées Aka, peut être un facteur déclencheur de la découverte du pays encore méconnu. Dans les deux Congo, il y a la Rumba congolaise. Au Sénégal le Mbalax. La Côte d’Ivoire a internationalisé le Coupé-Décalé, l’Algérie, le Raï. Pendant ce temps les musiciens centrafricains continuent de chercher leur voie, à imiter les autres avec de pâles copies.

 

Et pourtant… ! Beaucoup d’artistes aux talents immenses sont abandonnés en Centrafrique. D’autres (Mayélé, Maïno, Jesus Lokota etc.) ont été brisés par les systèmes. Quand on pense à tous ces artistes, Matata, Madjalengo, Tedia, Tchakaley, Rems, Sonora, Deus, Rizzos etc, dont la majorité sont morts dans le dénuement le plus total et pour certains même des suites d’une simple angine. Quand on pense à Thieyi Yezo, qui, au crépuscule de sa vie, a accepté et assumé la direction de l’UMCA (Union des Musiciens Centrafricains). Il mérite que la diffusion de ses œuvres dépasse largement le cadre des frontières de la RCA… A l’heure actuelle la plupart des orchestres traversent une crise sans précédent. Seuls les orchestres Musiki et Canon Star et Centrafrican Jazz arrivent encore à tenir une programmation régulière de leurs prestations. Beaucoup de groupes ont disparu ou n’existent que de nom. D’autres, malgré leur bonne volonté, n’ont pas de matériel leur permettant de se produire. Les orchestres ont du baisser leurs tarifs. Il est difficile aux artistes de trouver des producteurs, car la piraterie ne permet pas à ceux-ci de gagner quelque chose sur les productions. On peut sans risque de se tromper affirmer qu’aucun artiste centrafricain ne figure parmi les stars ou les grands groupes africains. Dès lors, un artiste musicien tel que Malépopo peut-il être la rare hirondelle à faire le printemps? Lui qui en février dernier, à l’occasion d’un concert à Bangui, déclarait: «Je suis venu ici à Bangui, pour que, les Centrafricains eux-mêmes valident le Montengénè et le Yangba-bolo, parce que, c’est leur culture, c’est à eux de valider et partager avec moi pour dire que c’est notre culture»
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués