SOCIéTé  |    

Tchad: Faible mobilisation pour le « Jeudi de la colère »

Par RJDH Centrafrique - 09/02/2018

La manifestation a mobilisé très peu de monde et les forces de sécurité sont déployées dans Ndjamena.

 

Le Collectif Tchadien des Organisations de la Société Civile (CTSOSC) a appelé la population à participer à une marche pacifique ce 08 février baptisée le « jeudi de la colère » pour « mettre fin à l’esclavage moderne du peuple tchadien ». La manifestation a mobilisé très peu de monde et les forces de sécurité sont déployées dans Ndjamena.

Au Tchad, la grogne sociale monte depuis la chute des cours du pétrole. La population et des organisations de la société civile multiplient les manifestations pour dénoncer les mesures d’austérité imposées par le gouvernement, réclamer une meilleure condition de vie et l’alternance au pouvoir.

Mais à vieille de cette marche pacifique, les autorités tchadiennes ont pris une décision, interdisant la marche par mesures de « sécurité ». Ce jeudi, les forces de défense et de sécurité sont déployées dans les coins stratégiques de Ndjamena, créant la psychose au sein de la population. « Très tôt, les forces de l’ordre, armées jusqu’aux dents prennent d’assaut ce jeudi 8 février 2018, les coins stratégiques et les ronds-points », a rapporté nos confrères de lepaystchad.com. Mais quelques jeunes tchadiens et l’opposant Mahamat Nour Ibedou, coordonnateur du Collectif Tchadien des Organisations de la Société Civile (CTSOSC) étaient dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol.

« Un dispositif qui n’a pas empêché un groupe d’artistes à passer à l’action avant d’être disperser par les forces de l’ordre », a indiqué le journal électronique avant qu’ils ne soient dispersés par la police.

A Farcha dans le 1er arrondissement, au lieu du rassemblement, ce sont les militaires et les policiers qui l’ont investi et la population vaque à leurs occupations. Cette scène de présence d’homme en armes est également visible à « Ardep-Djoumal et Kabalaye dans le 3eme arrondissement et à Moursal et Paris-Congo dans le 6éme », a noté lepaystchad.com.

Depuis mi-janvier les fonctionnaires tchadiens du secteur public sont en grève. Cet arrêt de travail est relatif à la réduction des salaires des agents de l’Etat et de l’augmentation de l’impôt sur le revenu. Il est suivi par une partie du secteur privé lundi et mardi dernier.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués