SOCIéTé  |    

Centrafrique: un premier groupe de rebelles désarmés intégré à l'armée

Par AFP - 06/02/2018

Un premier groupe de 101 anciens rebelles ayant participé au projet-pilote du programme centrafricain de désarmement a été intégré lundi à l'armée nationale après quatre mois de formation

 

Un premier groupe de 101 anciens rebelles ayant participé au projet-pilote du programme centrafricain de désarmement a été intégré lundi à l'armée nationale après quatre mois de formation, au cours d'une cérémonie officielle à Bangui.

Il s'agit du premier groupe - composé de nouveaux membres des forces armées centrafricaines - qui est issu du projet-pilote du programme de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement (DDRR), un long processus souvent raillé par le passé par son immobilisme et son inefficacité.

Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, présent à la cérémonie, a exprimé son "grand plaisir" de voir ces résultats, reconnaissant que "l'immense chantier" du DDRR n'a pas eu de "réel succès" par le passé.

La RCA a connu depuis les années 2000 trois programmes de désarmement, en 2003, 2008 et 2013.

"Il faut l'implication de tous, et une dose de patience et de bonne volonté", selon M. Touadéra.

"Les résultats sont encourageants et permettent de valider le processus de DDRR", a déclaré le général Herminio Maio, commandant de la mission européenne de formation (EUTM).

"Vous n'appartenez plus aux groupes armés, vous n'appartenez plus aux groupes politico-militaire, vous n'êtes plus les bourreaux du peuple, les auxiliaires du désordre et de la violence illégitime. Montrez au peuple que vous êtes les garants de sa sécurité (…) contre les mercenaires étrangers qui écument nos villages et pillent nos ressources, a déclaré le président centrafricain.

Le président a précisé que 139 nouveaux volontaires étaient prêts à démarrer un nouveau cycle de formation de quatre mois dans le cadre de ce programme. 240 autres ont été réorientés vers des programmes de formations économique avec le soutien de la Banque mondiale.

Le programme DDRR, lancé par le gouvernement en septembre et soutenu par l'ONU, a pour but de faire déposer les armes aux groupes armés en leur proposant une réinsertion, dans l'armée pour les uns, dans divers secteurs de l'économie pour d'autres.

Ceux-ci combattent toujours sur une grande partie du territoire pour le contrôle des ressources et se livrent à d'intenses luttes de pouvoir.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués