SOCIéTé  |    

Les taxis-motos: Un moyen nécessaire de transport, mais aussi un sujet d’inquiétude

Par Martyrs Malegolo, Centrafricmatin - 17/06/2011

Les conducteurs centrafricains ne se rendent même pas compte du risque et danger qu’ils font courir à la vie des gens

 

Il y a quelques années, les banguissois exprimaient leur espoir de voir renaitre les taxis-motos pour favoriser leur déplacement d’un point de la ville à l’autre, enfin d’atténuer les difficultés qu’ils endurent en matière de transport urbain. Ainsi, le succès enregistré par les taxis-motos était incontestable. L’espoir suscité au sein des banguissois était immense en ce sens que la prolifération de ce nouveau type de moyen permettait d’accéder en peu de temps d’un point de la capitale à un autre le plus rapidement possible. Avec les taxis-motos, on assistait au désengorgement.

Pourtant, aujourd’hui, l’espoir suscité hier par les taxis-motos devient illusion et le bilan des succès est très mitigé. Les taxis-motos sont de véritable sujet d’inquiétude non seulement pour les pouvoirs publics, mais aussi pour l’ensemble des banguissois. A cet égard, l’on ne peut se faire d’illusion sur la vitesse de ces taxis-motos lorsqu’ils roulent. Il y a vraiment une exagération de la part des conducteurs des taxis-motos. Car, la vitesse à laquelle ces conducteurs roulent peut avoisiner facilement la vitesse de la lumière voire même la dépasser; une vitesse qui est de l’ordre de 300.000km/s; même si aujourd’hui, tous les physiciens s’accordent à dire qu’aucun objet matériel ne peut dépasser cette vitesse de la lumière, les conducteurs des taxis-motos figurent en bonne place de ceux qui portent un sérieux démenti à une telle thèse. La vitesse astronomique à laquelle les taxis-motos roulent est un grand sujet d’inquiétude. Les conducteurs ne se rendent même pas compte du risque et danger qu’ils font courir à la vie des gens. Car, souvent l’excès de ces vitesses provoque des accidents aux conséquences dommageables pour la population. A ce jour, plusieurs cas d’accidents des taxis-motos dus à l’effet de vitesse astronomique ont été répertoriés par la gendarmerie.

 


© journaldebangui.com
Les moto-cyclistes vers le monument des martyrs à Bangui
Tout se passe comme s’il n’y a pas un arsenal de réglementation en matière de limitation de vitesse de ces taxis-motos qui font subir d’importants dégâts matériels et des préjudices aux paisibles banguissois. Par ailleurs, les conducteurs des taxis-motos au-delà de la vitesse offrent souvent un spectacle vraiment désolant lorsqu’il s’agit du cortège de l’un des leurs. L’autre sujet d’inquiétude est le transport des usagers appelés aussi clients. Une mise en scène qui embarrasse, un spectacle surprenant quant à la non-limitation des usagers. La surcharge des usagers est connue de tous les banguissois voire même des pouvoirs publics au point d’en ériger celui-ci en mode. Comment peut-on imaginer la surcharge d’un taxi-moto à 3 personnes? Quel spectacle encore pour les banguissois. Ces deux inquiétudes doivent interpeller les autorités compétentes en la matière. Vraiment aucune raison humaine ne peut admettre cet état de fait. Encore, la République Centrafricaine une fois de plus est le mauvais élève dans la mise en place d’une règlementation pour éviter la surcharge des usagers des taxis-motos et la réduction de vitesse. Si on se préoccupe des banguissois en particulier et des Centrafricains en général, les autorités compétentes sont sollicitées à mettre un arsenal de réglementation.

Certes, il en existe, mais il faut le renforcer; aussi le respect strict de cet arsenal. L’outil de sensibilisation de ces conducteurs suffira à côté des arsenaux juridiques à les ramener à la raison. La surcharge de trois usagers qu’au lieu d’un est un argument infondé. Au Tchad par exemple, c’est inadmissible. Le conducteur d’un taxi-moto n’a ce droit que d’en porter un seul usager. Cet exemple pourrait servir la République Centrafricaine afin de réduire à un usager. Il faut arrêter l’hémorragie et faire en sorte que les taxis-motos moyen nécessaire de transport urbain ne soit plus un sujet de préoccupation pour les banguissois. Nous plaidons en tout cas beaucoup plus tant pour la réduction de la vitesse qui dépasse celle de la lumière que pour la limitation à un usager.

 

 
MOTS CLES :  Bangui   Moto Cyclistes   Danger   Inquiétude   Transport 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués