SOCIéTé  |    

Centrafrique : La violence renouvelée menace les personnes et les soins de santé à Bria

Par Corbeau news - 01/02/2018

Le cycle des attentats et de la violence en 2017 a laissé les quartiers de Bria, dans l’est de la République centrafricaine (RCA), retranchés ou vidés par leurs habitants.

 

Des attaques d’extrême brutalité ont été dirigées contre la communauté Fulani, pour la plupart des musulmans, par divers groupes – dont certains sont des factions composées de combattants musulmans. En mai, les quartiers chrétiens ont été particulièrement ciblés, ce qui a permis à plus de 40 000 personnes de quitter la zone peuplée d’environ 47 000 personnes. Les nouveaux déplacés se sont rendus dans le camp de réfugiés précaire PK3, à la périphérie de la ville. C’est également là que sont basés la plupart des milices anti-Balaka et soi-disant d’autodéfense. Ils attaquent tous les combattants et civils qu’ils considèrent comme des «étrangers», musulmans, arabes ou peuls, mais certains ont aussi forgé des alliances de complaisance avec des factions ex-Séléka, leur ancien ennemi. Les affrontements sont fréquents entre ces factions.

Les lignes de démarcation, qui marquent maintenant profondément la géographie de la ville, traitent de l’identité et de diverses autres questions, qui ne peuvent être réduites à un conflit opposant chrétiens et musulmans.

Bria est divisé en zones tenues par des groupes armés rivaux, forgeant des alliances volatiles. Les représailles et les actes de vengeance sont une réalité quotidienne pour la population. Dans ce contexte, toute tentative d’une famille avec un enfant malade ou blessé de quitter son quartier et d’atteindre l’hôpital met sa vie en danger immédiat. En dépit de la courte distance pour se faire soigner, se déplacer dans la ville équivaut à traverser les lignes de front et à être exposé à une attaque, un vol, être battu ou tué en raison de la complicité perçue avec l’un ou l’autre camp.

Un voyage difficile pour accéder aux soins médicaux

Médecins Sans Frontières (MSF) a mis en place des cliniques mobiles dans divers endroits stratégiques, tels que l’enclave Fulani à Gobolo, le quartier de Borno et PK3, le camp où vivent principalement des personnes déplacées. Les cliniques permettent l’accès aux soins pour les enfants de moins de 15 ans et les blessés, et gèrent les références à l’hôpital en cas de besoin.

Une fois admis à l’hôpital, le voyage médical n’est pas terminé pour les cas les plus sévères, qui doivent être référés au programme chirurgical de MSF à Bangui. De nombreux obstacles sont rencontrés par les équipes pour fournir des soins médicaux d’urgence, y compris des menaces contre le personnel de MSF qui gère les références.

« Notre travail consiste à fournir des soins médicaux gratuits à ceux qui en ont besoin, indépendamment de leurs origines, croyances, affiliations politiques et raison pour laquelle ils sont malades ou blessés », a déclaré Anne-Marie Boyeldieu, chef de mission MSF en décembre 2017. est un devoir médical consacré par le droit international humanitaire. Nous ne pouvons pas le remplir si notre équipe est menacée. »

Les travailleurs médicaux sont souvent menacés

En décembre, des hommes armés à Bria ont arrêté une ambulance MSF, pointant des pistolets sur le véhicule pour s’opposer au renvoi d’un patient blessé à l’hôpital. L’incident a finalement été résolu sans autre violence, mais le patient n’a pas pu atteindre l’hôpital.

Dans la poudrière de Bria, la population a payé un lourd tribut à la violence en 2017, et le personnel médical n’a pas été épargné.

En septembre, plus de 30 membres du personnel de MSF forcés de fuir leur quartier ont trouvé refuge pendant des semaines à l’hôpital de Bria, encore une fois pris au piège du conflit.

« Nous sommes coincés à l’hôpital, comme des prisonniers. Nous devons dormir dans notre bureau », a déclaré Armel Zengbe, superviseur des soins infirmiers de MSF à l’hôpital.

Chaque matin, un véhicule de MSF allait chercher d’autres membres du personnel qui cherchaient refuge dans le camp PK3 et ne pouvaient pas atteindre l’hôpital voisin sans risquer leur vie.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués