SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Emmanuelle Fébou, l’étoile montante de la musique centrafricaine

Par Pacôme Paba - 15/06/2011

La jeune étudiante vient de mettre sur le marché un album religieux «La repentance»

 

Mademoiselle Emmanuelle Fébou est chef d’orchestre d’un groupe qui est sur le point de sortir un album en solo, comportant six (6) titres. Bien que sans soutien des partenaires, elle a bénéficié de l’aide de ses parents pour la sortie de l’album en visuel. Le groupe que dirige Mlle Fébou comporte quatre membres, essentiellement des filles toutes issues de sa famille

Emmanuelle Fébou pour le public qui est ce personnage?
Je suis Emmanuelle Arlette Yadakpa Febou, étudiante en 3ème année de licence en droit privé, responsable d’un groupe musical religieux, j’ai 21 ans et je suis de nationalité centrafricaine. Je suis née dans une famille de 14 enfants dont 12 filles et j’en suis la 1ère de la famille.

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans le chant et en faire ce qu’il est aujourd’hui?
J’ai débuté ma carrière étant dans la chorale de l’église de Boulata. Ensuite, j’ai chanté au sein du groupe «Sept chandeliers» avant d’intégrer le groupe «les prophètes de Dieu» de l’église Assana 2. Quelques années après, les responsables du groupe sont tous partis en voyage et le groupe n’avait plus son même rythme. C’est alors que je me suis décidée à créer mon propre groupe avec mes petites sœurs étant donné que nous sommes nombreuses, m’inspirant du groupe musical religieux congolais «Makoma». Mes petites sœurs membres du groupe sont toutes élèves.

 


© journaldebangui.com
Emmanuelle Fébou, l'étudiante
Vous allez bientôt mettre sur le marché votre premier album a quoi doit-on s’attendre?
Comme le nom de l’album l’a indiqué, j’ai parlé de la repentance. J’ai aussi fait mention de la fin des temps qui s’approche pendant que le monde est encore et toujours baigné dans le mal, ignorant parfois l’existence de Dieu. J’ai également parlé dans cet album du secours de l’Eternel dans notre pays à une époque où nous recherchons la paix et l’unité. L’album s’est intitulé «La repentance» parce que chacun de nous doit prendre conscience et se repentir afin de regarder en avant après tout ce qu’a enduré chacun de nous lors des évènements qui ont secoué notre pays.

Quelles sont vos perspectives d’avenir et celles de votre groupe?
Ma vision est de tout mettre en œuvre pour que le groupe connaisse un succès et aille de l’avant. Aujourd’hui nous avons démarré avec des membres de ma famille; mais j’aimerais à que ce groupe arrive à un niveau international pour valoriser la musique religieuse centrafricaine comportant des artistes de tout genre et de tout azimut. Je veux que ce groupe ait un nom choisit à l’unanimité car cela ne doit pas continuer à porter mon nom. Avec le groupe nous devons aussi effectuer des tournées régionales et pourquoi pas internationales, participer à des compétitions au nom de la République Centrafricaine, etc. J’ai pleins de projets mais il faudrait que j’aie des partenaires avec qui travailler et qui pourraient me donner des coups de main afin d’aller en avant car mon premier album est sorti grâce à l’aide que mes parents et mon église m’ont apportée.

 


La pochette de l'album autoproduit par Emmanuelle et sa troupe
Avec votre sortie sur la scène, que comptez-vous apporter de plus à la musique centrafricaine?
Je dirai que même si la musique centrafricaine s’est éclose d’une manière explosive, il y a encore beaucoup de manquements. Ainsi, en tant qu’artiste musicienne, chaque jour est un nouveau combat pour chercher à combler ces lacunes. Il faut savoir que la musique est un art très sensible et qui demande beaucoup d’efforts. Il y a plusieurs thèmes à traiter, des rythmes à faire aimer au public, une image musicale à soigner, etc. Je ne peux pas dire que je vais changer beaucoup de choses à la musique centrafricaine, mais je ferai de mon mieux pour que de nouveaux talents soient connus et qu’ils puissent mettre à profit du public, ce qu’ils connaissent.

Quels sont vos cris de cœur?
Généralement, quand un bébé naît, il a droit à beaucoup d’attentions et d’entretien pour grandir et prospérer. Notre groupe vient de naître, source de tant d’efforts et de sacrifices. Au jour d’aujourd’hui, je ne bénéficie pas d’un partenariat proprement dit. Alors, je demande à toute personne de bonne foi voulant nous aider, de ne pas hésiter.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les sœurs d’Emmanuel qui chantent avec elle sont mesdemoiselles Tatiana Ngonsang, Péguy, Victoire, Zenabou Fébou.
  • Toujours en quête des partenaires pour la promotion du groupe, elle répond au +236 75 75 92 52.

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués