SOCIéTé  |    

Centrafrique : les prix des boissons seront maintenus

Par RJDH Centrafrique - 05/01/2018

L’annonce de l’augmentation de la bière avancée par la brasserie Mocaf a perturbé la quiétude des grossistes et surtout des consommateurs des produits Mocaf.

 

Les responsables de la brasserie Mocaf justifient cette augmentation du prix de la bière en se fondant sur la loi des finances 2018 tandis que les grossistes jugent cette décision unilatérale. Toutefois après une rencontre tripartite ayant regroupé le gouvernement, la Mocaf et les commerçants et des consommateurs a abouti à un consensus ce 3 Janvier dernier.

Tout était parti de l’annonce faite par le Directeur Général de la société Mocaf Pascal Béranger le 30 décembre 2017 sur une probable augmentation des prix des bières. Mais les pourparlers sous l’égide du ministre du commerce, Côme Hassan, ont laissé entrevoir une solution concertée, conséquence de discussions engagées entre les parties en présence.

La brasserie Mocaf est la seule brasserie du pays depuis une vingtaine d’années après la faillite de la Castel. Elle se heurte ces derniers temps à la concurrence déloyale résultant de l’importation et de la vente des bières étrangères par certains commerçants particuliers qui ne payent pas les taxes ce qui est un manque à gagner pour l’Etat.

 


© Droits reservés

Calvin Kamapou, un grossiste se réjouit de ce compromis et demande aux grossistes de ne pas spéculer sur les prix : « C’est pour nous un sujet de réjouissance de ce que le ministre du Commerce n’est pas resté indifférent à nos plaintes. Au sortir de ces discussions, les prix des boissons ont été maintenus. Je profite de l’occasion pour informer les consommateurs que les prix des produits Mocaf n’ont pas varié» a-t-il lancé.

Angèle, propriétaire d’une cave est enthousiasmée à l’écoute de cette décision et dit que ce genre de désagrément impacte négativement sur les affaires. «Cette question d’augmentation des prix des boissons par la Mocaf a impacté négativement sur la fréquentation de ma cave. D’habitude, j’évacue 6 à 7 casiers par jour ; mais ces 3 derniers jours, j’ai perdu ma clientèle habituelle. C’est une perte aussi pour l’Etat puisque nous payons aussi nos patentes en fonction de nos revenus et il est important que ce genre de désagrément ne se reproduise plus», a-t-elle dit.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués