SOCIéTé  |    

Des parents de malades admis à l’hôpital Amitié désapprouvent les mesures restrictives de l’Hôpital

Par RJDH Centrafrique - 22/12/2017

Plusieurs parents des malades hospitalisés à l’hôpital de l’Amitié de Bangui ont déploré les mesures restrictives prise par la direction dudit hôpital.

 

Ces mesures constituent une réforme visant à assainir l’environnement selon les responsables de l’hôpital, une réforme impopulaire et inadéquate selon les parents des malades. Un constat du RJDH lors d’un reportage effectué dans ce centre de référencement à Bangui.

L’Hôpital de l’Amitié est le fruit de la coopération sino-centrafricaine. Il a été réhabilité avant la crise. Plusieurs personnes sont autorisées à assister les malades admis dans les services de cet hôpital. Ce nombre pléthorique de ces accompagnateurs a conduit les autorités dudit hôpital à prendre des mesures restreignant le nombre de ces accompagnateurs, ceci dans le but de promouvoir la salubrité dans cette structure. Pascal Mbelesso, Directeur par intérim de cet hôpital explique et justifie la pertinence de ces mesures: «c’est une mesure prise pour limiter le nombre des parents des malades admis à l’hôpital. Nous avons autorisé une personne à être au chevet de son malade. Et avec cette mesure, nous observons une amélioration de l’environnement maintenant».

Une mesure comprise mais impopulaire en fonction de la réalité du pays selon Léa qui déclare : « je suis vraiment mal à l’aise ici devant la guérite. Nous sommes à quelques mètres du goudron. Ce n’est pas du tout bien. Nous sommes ici à l’hôpital de l’Amitié parce que nous avons un parent malade, cette décision n’a fait l’objet d’aucune étude et vise à plaire alors que les malades ont besoin de soutien psychologique et moral de leurs proches».

« Parfois, une personne surveille le malade et en cas de besoin, une autre peut s’occuper de lui. Mais avec cette mesure sans garantie nécessaire comme cela se passe dans les grands hôpitaux, il faut que les dirigeants des hôpitaux réfléchissent bien sur les décisions à prendre qui n’intègrent pas les réalités sociales» a-t-elle ajouté.

 


© Droits reservés
Cette décision ne s’est pas fait attendre. Les parents des malades ont aussitôt étalé des nattes, tout juste près de la guérite, à l’entrée et à la sortie de l’hôpital de l’Amitié. Un jeune interrogé par le RJDH craint le risque d’un éventuel accident de circulation à cet endroit et appelle le gouvernement à s’impliquer dans le problème. «Nous pouvons comprendre les responsables des hôpitaux, il y va de la santé publique mais en amont il faut prendre des mesures pour prévenir ces cas» a-t-elle surenchéri.

Cette décision, selon un agent de sécurité de l’Hôpital Amitié, a favorisé l’assainissement des endroits insalubres de cette structure hospitalière. « il y a des endroits où il est interdit systématiquement aux parents des malades de s’installer en cas d’urgence. Mais malgré toutes ces mesures, ils ne respectent pas les décisions, aujourd’hui, voyez-vous, les endroits sont propres», s’est-t-il expliqué.

Cette restriction est envisagée alors que le gouvernement projette dans le cadre de la coopération la réhabilitation bis dudit hôpital.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués