SOCIéTé  |    

Centrafrique : Le gouvernement et la FAO à l’avant-garde de la transhumance 2018

Par RJDH Centrafrique - 20/12/2017

La période de transhumance dans ce contexte post-conflit est au centre de réflexion entre le gouvernement, la FAO et Acted ce 19 décembre à Bangui

 

La période de transhumance dans ce contexte post-conflit est au centre de réflexion entre le gouvernement, la FAO et Acted ce 19 décembre à Bangui. L’objectif est de proposer des pistes d’encadrement de la transhumance 2017-2018.

La période de transhumance est la période sensible pour le secteur agropastoral caractérisé par le conflit traditionnel entre les éleveurs et agriculteurs. C’est dans ce contexte que les trois institutions réunies veulent faire la promotion de libre transhumance et la prévention de conflit agropastoral dès lors que les séquelles de crise sécuritaire affectent ce secteur.

Youssoufa Yérima Mandjio, ministre de l’élevage et de la santé animale appelle à des actions concertées pour le salut du secteur agropastoral « les parties prenantes de la plateforme doivent conjuguer leurs efforts en vue d’une transhumance pacifique dans le pays » a-t-il lancé. Par ailleurs il salue les efforts déjà entrepris, « au regard des actions salutaires déjà entreprises sur le terrain, nous sommes déterminés malgré la difficulté de transhumance dans certaines localités du pays, à progresser dans le bon sens afin que les activités agropastorales se déroulent pour permettre à la population d’avoir accès aux viandes d’élevages », a ajouté le ministre Youssoufa.

La FAO voit en cette approche des signes d’espoirs selon Etienne Gounion-Gabia qui représente cette institution à ces réflexions « l’organisation vise à apporter une réponse aux orientations du pastoralisme dans le pays. C’est l’occasion de féliciter le ministère de l’élevage pour le maintien de la dynamique adoptée lors de la première réunion. Le programme de cette rencontre prévoit des sessions denses en contenu, signe que le pastoralisme demeure un sujet d’intérêt dans le pays», a-t-il déclaré.

Les parties prenantes conscientes des enjeux tables sur les textes en la matière pour arriver à l’objectif. « La révision de l’arrêté portant réglementation de la transhumance en Centrafrique est l’un des points inscrits dans cette réunion. Cela n’avait pas abouti lors de notre réunion pour cela elle doit être reprise pour une pratique de la transhumance interne et transfrontalière consensuelle. Aussi nous examinerons la carte matérialisant les nouvelles portes d’entrée des éleveurs transhumants. Ceci est capital pour les communes d’élevages que nous dirigeons » a expliqué le maire de la commune d’élevage de Gaudrot.

Cette initiative intervient deux ans après l’institutionnalisation de la plate-forme nationale par arrêté interministériel du premier ministre. La première session s’est tenue en novembre 2015.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués