SOCIéTé  |    

Le ministre Binoua en appelle à la paix et au calme à Berberati

Par Kpangbandjé - 10/06/2011

Une mésentente opposerait la population aux éléments de sécurité publique

 

Parti en sapeur pompier à Berberati, le ministre de l’Administration du territoire Josué Binoua, était chargé non seulement de ramener la paix et l’entente mutuelles entre la population et la Police mais également, de restaurer l’autorité de l’Etat dans la ville. Une mésentente opposerait la population aux éléments de sécurité publique. Au cours de l’échauffourée, un policier aurait reçu une balle, qui lui a détruit les testicules. Au demeurant, lors des élections présidentielle et législatives, la population de Berberati chef lieu de la préfecture de la Mambéré-Kadéï manifestait déjà une certaine réserve vis-à-vis des éléments de force de défense et de sécurité. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase viendrait d’une rixe opposant la population à certains policiers. Il s’agirait d’un problème de banditisme et de racket à répétition de la population par les policiers. Ne pouvant se contenir, la population a choisi l’affrontement plutôt qu’un arrangement à l’amiable.

 


© journaldebangui.com
Le ministre Binoua à Berberati
En pareille circonstance, ce sont les autorités administrative et locale qui devaient trancher le litige. Malheureusement, ni l’une ni l’autre n’a pu contenir la foule en effervescence. Informé de la situation, le gouvernement a dépêché le ministre de l’Administration du territoire, le pasteur Josué Binoua dans la région. Après s’être entretenu avec les autorités administratives et locales, le membre du gouvernement a tenu une réunion élargie avec les représentants de l’Etat et ceux de la population. Le message consistait d’abord à apaiser la tension postélectorale avant d’appeler les uns et les autres à collaborer pour le développement intégral de la région de la Mambéré-Kadéï. Si les agents émargeant au budget de l’Etat ne s’assument pas dans la dignité, c’est le désordre et l’anarchie qui prendront le dessus. Leur présence dans la localité ne se justifie qu’à travers la collaboration et la protection de la population civile. A son avis, ceux des agents de l’Etat qui ne voudraient pas travailler devront choisir librement un autre secteur d’activité professionnelle. Pour ce faire, la population et les représentants de l’Etat sont condamnés à cohabiter dans la paix et la quiétude pour que, en cas d’agression étrangère, l’unité nationale puisse triompher sur les autres considérations. Le message est passé mais reste à savoir s’il portera fruit.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués